« RSF renouvelle sa demande d’abrogation d’Hadopi »

18 millions d'avertissements, et moi et moi et moi 76
Le système de riposte graduée et par voie de conséquence l’Hadopi, ne cesse depuis quelques jours de recevoir des flots de critiques. Outre l’ONU, l’OSCE ou encore la CNIL, voilà que Reporters Sans Frontières (RSF) y va de son communiqué pour flinguer la Haute Autorité Pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet.

Titré « Hadopi : l’heure des mauvais bilans », en rapport avec le dernier bilan officiel dévoilé par la Haute Autorité en début de semaine, le communiqué de RSF n’y va pas par quatre chemins : « Reporters sans frontières renouvelle sa demande d’abrogation d’Hadopi. »

RSF France sous surveillance Internet
RSF a la France dans le collimateur ces derniers temps

Il est vrai que ce n’est pas la première fois que RSF s’attaque à l’Hadopi. En mars dernier, l’organisme de défense de la liberté de la presse avait en effet vivement critiqué la France notamment pour ses lois Hadopi et LOPPSI.

« Outre ses lacunes et dysfonctionnements, la loi va à l’encontre des libertés fondamentales, en prévoyant la coupure de l’accès à Internet » rappelle RSF.

« Son adoption est l’une des raisons invoquées par Reporters sans frontières pour ajouter la France à la liste des “Pays sous surveillance” dans son dernier rapport sur les Ennemis d’Internet. »

Dans ce rapport, RSF expliquait notamment qu’il considère « que l’accès à Internet est un droit fondamental et estime que le recours à la suspension de la connexion constitue une violation de la liberté d’accès à l’information ». Une posture proche des conclusions du rapporteur de l’ONU.

L’organisation rappelle ensuite dans son communiqué le dernier bilan de l’Hadopi, ainsi que les dernières conclusions de l’ONU et de l’OSCE sur le sujet et l’avis de la CNIL sur TMG. Vous pouvez retrouver des informations complètes sur toutes ces actualités dans les liens publiés en introduction.
Publiée le 13/07/2011 à 15:51
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité