S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

(MàJ) WiMAX : Free et Bolloré Télécom ne disent pas leur dernier mot

pas leur dernier mot, ils ont dit

Mise à jour : comme annoncé dans l'article ci-dessous, l'ARCEP a finalement publié le bilan de sa consultation publique sur la Boucle Locale Radio (BLR), qui concerne principalement le WiMAX.

26 contributeurs ont participé à cette consultation publique sur le sujet. Vous pouvez retrouver tous les détails dans ce zip. Malheureusement, si Bolloré Télécom est bien présent, ce n'est pas le cas d'Iliad (Free), qui détient pourtant une licence WiMAX nationale. Il était pourtant le plus indiqué pour participer à l'opération et soumettre son avis sur son développement.

-----------

Article initialement publié le 1er juillet 2011.

Alors que dans certains pays dans le monde, la technologie WiMAX existe réellement, en France, c’est un échec cuisant. Free et Bolloré Télécom disposent pourtant depuis de longues années d’une licence nationale (ou quasi-équivalente), mais la technologie n’est malheureusement déployée que dans certains lieux peu peuplés. Cependant, selon Le Figaro, les fréquences WiMAX ne sont pas perdues pour autant et pourraient avoir une seconde vie d'ici peu.

WiMAX Alcatel Worldmax Amsterdam

En premier lieu, l’ARCEP, l’Autorité de régulation des télécoms, a pris le dossier en main en lançant récemment une consultation publique, achevée le 23 juin dernier. Les conclusions sur cette consultation quant au réaménagement des fréquences WiMAX seront en toute logique publiées d’ici peu.

Enfin, notre confrère nous informe que Free et Bolloré comptent bien exploiter leurs licences. Du côté du FAI français, on espère utiliser ces fréquences en complément de la 4G (LTE Advanced). « Il serait même en discussion avec le fabricant HTC qui pourrait lui fournir les terminaux » précise-t-on, même si cette information est un peu étonnante, dès lors que la 4G ne sera déployée que dans plusieurs années… À moins que le WiMAX soit un complément de la… 3G ?

Concernant Bolloré Télécom, des tests ont toujours cours afin de proposer du très haut débit mobile, et plusieurs entreprises importantes comme Samsung et Huawei ont été sollicitées.

Selon Dominique Roux, le président de Bolloré Telecom, il serait stupide de ne pas exploiter le WiMAX en France : « Nos fréquences ne doivent pas être gaspillées, elles seront très prochainement indispensables pour l'Internet haut débit sans fil ».

Nous pouvons néanmoins avoir des doutes sur ce genre de discours. Ce « très prochainement » est entendu depuis des années, sans ne jamais rien voir arriver. Le disque commence à être rayé et le WiMAX est désormais une vaste blague plus qu'autre chose dans l'Hexagone.

Pour Dominique Roux, il semble cependant que ce soit cette fois la bonne : « Bolloré a l'habitude de prendre son temps, la recherche pour les batteries a duré plus de dix ans pour, aujourd'hui ou plutôt en septembre, déboucher sur Autolib', qui d'ailleurs aura besoin des fréquences WiMAX pour assurer la gestion du parc de véhicules ».

Pour le moment, tout du moins en France, le WiMAX est une arlésienne, une sorte de vaporware du mobile. Les détenteurs des fréquences avancent toujours les mêmes raisons : les terminaux ne sont pas encore assez développés, et l'éco-système n'est pas prêt. Mais comment font alors les autres pays ?

Tous les espoirs sont néanmoins permis. En effet, dès lors que Duke Nukem Forever a bien vu le jour, nous pouvons croire en n'importe quoi.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 26/07/2011 à 13:41

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;