S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Apple pourrait s'adresser à TSMC pour ses futures puces A6

Des puces et des TIC

Apple pourrait opérer un changement majeur pour la production de la prochaine génération de ses puces A. on trouve actuellement la puce A4 dans l’iPhone 4 tandis que la dernière version A5 est au cœur de l’iPad 2. Les rumeurs actuelles parlent d’une bascule qui s’opèrerait de Samsung vers TSMC. Mais ce n’est pas la première fois.

ipad2 a5 

Comme le rappelle Ars Technica, ces rumeurs ne sont pas neuves. Dès le début de l’année, on pouvait entendre des bruits de couloirs indiquant qu’Apple lorgnait du côté de TSMC pour la production d’une prochaine génération de puces dessinée par Cupertino. Entre temps, la commercialisation de l’iPad 2 est intervenue et la puce A5 embarquée était toujours produite par Samsung.

Apple serait en fait intéressée par le processus de gravure en 28nm. TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company) travaillerait avec la firme à la création d’un tel processus. Depuis, une autre donnée est venue s’ajouter à l’équation : l’énorme plainte déposée par Apple contre Samsung pour violation de brevets divers.

La puce A5 est pour rappel gravée en 45nm. Passer à une gravure 28nm permettrait de diminuer la taille de la puce et/ou d’en diminuer le dégagement thermique et la consommation d’énergie. Autant d’atouts de poids lorsque l’on s’adresse au marché de la mobilité. Cette puce se distingue également de sa grande soeur A4 par la présence de deux coeurs d'exécution. La fréquence est de 1 GHz.

Récemment, un analyste du domaine des semi-conducteurs de chez Merill Lynch indiquait au journal chinois Commercial Times que TSMC produirait sans doute les futures puces A6. L’apparition de ces puces serait programmée pour l’année prochaine. Aussi, si Apple lance bien à la rentrée son nouvel iPhone 5, il sera sans doute muni de la génération actuelle, donc la puce A5.

À noter qu’Ars Technica signale une autre possibilité : celle pour Apple de s’adresser directement à Intel. Après tout, la firme a déjà fait ce type de mouvement en 2006 lors de l’annonce du passage des Mac aux processeurs Intel justement. À l’époque, Apple avait signé que l’évolution des PowerPC n’était pas assez rapide et que le rapport performances/watt était à l’avantage d’Intel. Or, le fondeur a annoncé en mai son processus de création de transistors tridimensionnels gravés en 22nm.
 
Source : Ars Technica
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 29/06/2011 à 12:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;