Apple reçoit la paternité de plusieurs gestes multitouch

Frappe préventive ou stratégie de dissuasion ? 117
Il y a maintenant trois ans, Apple déposait une demande de brevet qui avait fait couler beaucoup d’encre. La firme à la pomme demandait en effet ni plus ni moins que la paternité pour tout « appareil multifonction équipé d’un écran tactile ». Apple vient de se voir attribuer ce brevet, mais les conséquences pourraient être différentes de ce que l’on pourrait imaginer.

galaxy iphone

Le brevet attribué est numéroté 7 966 578. La lecture de la description permet de comprendre ce dont parle exactement le document. Apple y décrit le fonctionnement d’un appareil multifonction et équipé d’un écran tactile et affichant sur l’écran tout ou partie du contenu d’une structure. Un geste à un ou plusieurs doigts permet de faire défiler ce contenu, en faisant bouger ou non le reste de la structure.

La peur principale que ce brevet inspire est centrée sur les équipements modernes basés sur des écrans multi-touch capacitifs. PC Magazine s’est livré à une inspection plus en profondeur, suite à différentes critiques et analyses reçues de lecteurs et d’intervenants. Le tableau général ne manque d’intérêt.

Premièrement, même si le document est présenté comme un brevet, il est avant tout un « abstract », un terme flottant en gras au centre du début du document. Un abstract n’est pas réellement un brevet mais une esquisse à laquelle un brevet particulier se rapporte. Il ne s’agit donc pas directement de la propriété intellectuelle, ce qui lui donne un caractère flou.

Une source anonyme a tenu également à préciser que le brevet ne visant pas directement les appareils, mais davantage les deux mouvements qui y sont décrits. Bien que ces derniers et leurs conséquences se retrouvent sur quasiment tous les smartphones, le périmètre d’action est beaucoup moins que le seul critère « écran tactile », sans parler de « appareil multifonction ». Cela étant, comme l’indiquait Florian Mueller (du blog FOSS Patents) à PC Magazine, les deux mouvements sont suffisamment communs pour empêcher de construire un smartphone réellement performant si Apple venait à entrer en guerre sur ce terrain.

D’un point de vue strictement justice, il reste également des facteurs limitant :
  • Personne ne sait ce que compte faire Apple avec ce brevet
  • Personne ne sait comment la concurrence va réagir
  • Le juge peut encore avoir une lecture différence du problème en cas de plainte
L’attitude d’Apple peut varier selon principalement deux angles : attaquer, ou se défendre. Dans le premier cas, le mouvement est proactif et se porte directement vers la concurrence. Dans le second, Apple ne bouge pas mais garde en réserve un brevet capable de régler plus rapidement à l’amiable une situation tendue dans laquelle elle serait elle-même attaquée. La création d’un monopôle reste également envisageable, mais le fait d’en détenir un n’est pas puni par la loi : c’est bien son abus qui est sanctionné.

Reste donc à voir ce qu’Apple fera de ce nouveau papier.
Publiée le 24/06/2011 à 17:28 - Source : PC Magazine
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité