S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Birmanie : la dictature de l’absurde, un webdoc sous licence CC

Il est marrant ce pays

Les journalistes français Gaël Bordier et Tristan Mendès-France, accompagnés de leur illustrateur Antoine Errast et leur monteur Miguel Escobar, ont frappé très fort en lançant il y a peu le site Happy-World.com. On y retrouve un (excellent) documentaire vidéo sur la Birmanie (ou plutôt Myanmar), disponible gratuitement sous licence Creative Commons 3.0 qui plus est. Si ce n’est pas une première en soi, le projet innove de par sa présentation et son côté webdoc nouvelle génération.
Nommé « Birmanie : la dictature de l’absurde », ce documentaire, réalisé en 2009, est donc disponible gratuitement et en intégralité sur son site officiel, ainsi que sur Dailymotion, Vimeo, et bientôt YouTube et Facebook.

Initialement destiné à être diffusé à la télévision, ce documentaire a finalement été refusé par toutes les grandes chaînes affirme Pierre Cattan, producteur du documentaire, interrogé par notre confrère Owni. Le documentaire n’allait pas pour autant être jeté à la poubelle.

HappyWorld Birmanie partage

« Pour la diffusion, c’est WikiLeaks qui nous a inspiré. La mise en ligne progressive des contenus, les partenariats avec des médias sérieux et réputés » a-t-il ainsi expliqué à notre confrère. « La production finance un premier projet sur ses fonds propres et les fonds récoltés avec le premier film permettent, dans l’idéal, de financer le second film » précise Owni. Résultat, si Happy World fonctionne, d’autres webdocs suivront ces prochaines années, avec un rythme d’un documentaire par an.

S’il est donc disponible sur diverses plateformes, c’est bien sur le site officiel que ce documentaire prend tout son intérêt. En effet, pendant que vous visionnez le documentaire, la partie à droite s’actualise avec des liens vers des articles sur le sujet abordé « en direct », mais aussi des interviews audio, etc. Le documentaire ne se contente donc pas uniquement de la vidéo, l’audio et le texte sont aussi exploités. Un véritable web-documentaire en somme. Financièrement, les auteurs misent sur un soutien via Paypal et Flattr pour le moment.

HappyWorld Birmanie video audio texte

Enfin, toujours dans l’esprit d’exploiter le Web pour faire sa publicité, les auteurs ont eu l’idée de mettre en place un module simulant la censure d'un compte Twitter. Ici, celui de PCINpact.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 23/06/2011 à 16:06

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;