S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : la mort du streaming gratuit et les multiples mots de passe

Les éditos sont de retour \o/

Pour le retour des éditos cette semaine, deux sujets sont abordés : Deezer, et les mots de passe.
Orange Deezer

Le pouvoir sans fin des maisons de disque

On le sait, les majors tout comme les indépendants n’apprécient pas les offres de streaming gratuites, même avec publicité. Accusées de dévaloriser la musique, ces offres tendent à disparaître. Ainsi, après Spotify, qui a décidé de limiter l’écoute gratuite à 20h par mois et à 5 écoutes par morceau, Deezer a logiquement suivi, avec néanmoins deux différences de taille : l’écoute pour les utilisateurs gratuits est limitée à 5h par mois, mais sans limite d'écoutes par morceau.

Néanmoins, la régression par rapport aux précédentes offres est abyssale. Et cela ne peut avoir que quatre conséquences : le « retour » des utilisateurs vers des offres illégales, le transfert vers des équivalents non limités (voir plus bas), le passage vers les formules payantes, ou l’abandon pur et simple de l’écoute de musique en streaming.

Cette situation prouve que les maisons de production dictent leur loi. Si du côté des offres de téléchargement, l’iTunes Store d’Apple a longtemps lutté pour que les prix ne s’envolent pas, la firme de Cupertino a néanmoins dû lâcher du lest, notamment depuis la fin des DRM.

Mais dans le secteur du streaming, la mainmise des majors est encore plus flagrante. Ils ont voulu des publicités entre les morceaux, ils les ont eues. Ils ont souhaité la fin de l’accès gratuit au catalogue, on s’y rapproche. Face à leurs pressions, Jiwa a d'ailleurs passé l’arme à gauche l'an passé, même s’il a été relancé cette année.

Et hier, nous avons appris qu'Universal Music et Deezer sont en conflit, et que le retrait du catalogue de la plus grande major du monde était une possibilité... Une nouvelle preuve du pouvoir immense des maisons de disques dans ce secteur.

Aujourd’hui, s’abonner à Deezer ou Spotify coûte 5 ou 10 euros par mois selon que l’on souhaite ou non avoir sa musique sur son smartphone. En France, les abonnés Orange peuvent adhérer à Deezer gratuitement ou pour 5 euros par mois, au lieu de 10. Et la logique sera similaire chez SFR pour Spotify d’ici quelques jours.

Les maisons de disques arrivent petit à petit à leurs fins : monétiser la musique numérique. Cette dernière représente désormais plus de 20 % du chiffre d’affaires du secteur en France, et tant pis si les artistes ne touchent pas grand-chose (pour ne pas dire rien)…

Une licence globale déguisée et modelée selon les désirs des majors

Reste désormais à imaginer le futur. À termes (d’ici un an ou deux ?), peut-être que Deezer et Spotify supprimeront tout simplement leur offre gratuite. Nous ferons alors face à des offres 100 % payantes. Or quand on couple ce concept avec l’intégration de ces offres dans les forfaits Orange/SFR, nous pouvons avoir la drôle d’’impression de faire face à une sorte de licence globale déguisée… Quelle ironie.

Profitons de ce sujet pour citer les concurrents gratuits (ou semi-gratuits) de Deezer et Spotify :
N’hésitez pas à donner dans les commentaires vos ressentis sur ces sites ou sur d’autres concurrents.

Google question mot de passe chien

La multiplicité des mots de passe et leur simplicité

Dans une actualité publiée en début de semaine, nous sommes revenus sur une étude des mots de passe de Sony Pictures dérobés récemment. Nous remarquions qu’une immense majorité ne comportait qu’un ou deux types de caractères différents, et que certains osaient même proposer le légendaire « 123456 ».

Dans les commentaires, vous avez été nombreux à faire remarquer qu’aujourd’hui, il faut un compte pour tout et n’importe quoi. Il est vrai qu’entre les forums, les sites d’actualités, les cybermarchands, les comptes bancaires, les courriels, les services en ligne, et j’en passe, il n’est pas rare de compter plusieurs dizaines de comptes différents. Pour tout autant d’identifiants et de mots de passe.

Cela soulève un problème de taille : il est quasi impossible dans cette situation d’avoir un mot de passe différent (et compliqués de surcroît) pour chaque compte. Sans prendre le cas extrême du « 123456 » ou du « abc123 », il est certain que beaucoup d’entre vous devez avoir des mots de passe similaires pour certains de vos comptes. En espérant qu’ils soient au moins un minimum complexe (avec des minuscules, des majuscules et des chiffres).

Cela rejoint surtout les projets IDéNUM (de l’État) et Identic (de La Poste), qui souhaitent simplifier l’identité numérique et qui visent d’un côté à assurer l’identité des internautes, et de l’autre à justement résoudre les problèmes des mots de passe multiples. Avec ce genre de services, les mots de passe ne seront plus un problème. Mais il est évident que de tels procédés font craindre le pire, ne serait-ce que s’ils s’avèrent obligatoires dans un futur plus ou moins lointain…

Tout ceci pour vous poser une simple question : comment gérez-vous vos mots de passe ? Sont-ils complexes ? Les enregistrez-vous tous (quand c’est possible) dans votre navigateur ? Utilisez-vous un moyen mnémotechnique ?
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 11/06/2011 à 10:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;