S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Apple autorise les abonnements presse à contourner l'App Store

100 % des revenus dans les caisses des éditeurs

Tout le monde connaît le business model d’Apple en ce qui concerne les applications et leurs contenus vendus dans l’App Store : 70 % des revenus sont reversés aux développeurs, les 30 % restants filant dans les caisses de la firme de Cupertino. Un modèle qui a servi à créer quelques petites fortunes, mais qui nuit directement à des enseignes plus importantes. Dans un grand retournement de situation, Apple vient d’assouplir drastiquement ses règles dans le domaine de la presse.

itunes presse 

L’App Store a eu de nombreux effets, dont certains ont mis un certain à se dégager. Tous les éditeurs ou presque se retrouvent au même niveau. Aussi, être un grand nom ne suffit pas toujours, car Apple a travaillé à ce que la découverte des applications et des contenus soit réellement facilitée. De fait, de nombreux utilisateurs cherchent des produits répondant à leurs besoins, lisent les commentaires, demandent des avis : un nouveau terrain dans lequel être un éditeur connu ne suffit plus.

L’autre problème pour un livre ou un magazine est justement la part qui file dans les poches d’Apple. Ces fameux 30 % déviés des caisses d’une société qui n’a pas d’autre choix que de les laisser passer sous son nez. Le monde de la presse, déjà touché par différents problèmes de rentabilités, réclamait depuis longtemps à Apple un assouplissement des règles et la fin de ce partage des revenus. Apple vient d’accéder à cette requête.

Désormais, les éditeurs de presse disposent de deux libertés supplémentaires qui changent la donne :
  1. Ils peuvent fixer librement le prix des abonnements
  2. Ils peuvent vendre leur nouveau contenu directement depuis leur application, sans passer par l’App Store
C’est le deuxième point qui fait le gros du travail, puisque la possibilité de s’abonner au sein même d’une application court-circuite l’App Store et permet de payer directement l’éditeur, ce dernier percevant alors 100 % de la somme.

L’abonnement direct torpille également un autre problème qui avait été soulevé là encore par les éditeurs de presse. Puisque les contenus transitaient par l’App Store, les utilisateurs se servaient de leurs comptes iTunes pour l’acheter. Les données de ces utilisateurs étaient donc stockées chez Apple et pas chez les éditeurs. Or, comme le souligne Reuters, ces données sont « précieuses pour la vente d'espaces publicitaires ».

Apple risquait de toute façon de voir une nouvelle voie s’ouvrir via de nouveaux sites web. Le HTML5 permet en effet de créer une nouvelle génération de sites particulièrement dynamiques tandis que les CSS3 autorisent des mises en page poussées. Or, Safari Mobile supporte en bonne partie l’un et l’autre, et le Financial Times cette semaine a lancé une version purement web de son site pour s’affranchir de l’application et des 30 % reversés à Apple. Le directeur général de ce dernier, Rob Grimshaw, a indiqué à Reuters que la situation allait être réexaminée.
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 10/06/2011 à 16:02

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;