Deezer : "Universal souhaite une limite de 5 écoutes par titre"

Interview d'Alex Dauchez, président de Deezer 153
Axel Dauchez, Président de Deezer a bien voulu répondre à nos questions sur le choix de Deezer de limiter l’écoute gratuite désormais à 5 heures par mois. Une opération décidée par la plateforme, en guise de test grandeur nature. En phase de négociation avec Deezer, Universal Music milite de son côté pour une limitation de 5 écoutes par titre, une limitation définitive que ce soit dans le quart d'heure, la journée, le mois ou l'année.

deezer universal écoute limitatin cinq heures

PC INpact Qui a pris la décision d’imposer cette limite de 5 heures par mois ?

Axel Dauchez : C’est une discussion qu’on a abordé depuis longtemps avec les maisons de disques, celle de la bonne limite entre le gratuit et le payant. L’an dernier, nous étions rigides sur le sujet, conscient du risque de perdre tous les utilisateurs qu’on avait sur la partie gratuite. Maintenant que nous avons un vrai marché, je revisite ce que je pense de ces questions vis-à-vis des utilisateurs qui passent beaucoup de temps sur Deezer afin de les inciter à migrer sur la formule payante. Le débat n’est plus de savoir s’il faut une frontière entre le gratuit et le paiement, il est de savoir comment la placer. Nous avons donc décidé d’aller vers une limitation constante, en ce sens qu’il n’y a pas la logique des 5 écoutes par titre qu’on retrouve sur Spotify et qui génère un effet gruyère sur les playlists.

Il nous a fallu trouver une limite très incitative pour les gros utilisateurs mais sans affecter les utilisateurs occasionnels qui risquent d’aller sur YouTube ou de revenir au piratage. En conservant nos utilisateurs occasionnels, nous conservons les possibilités d’une croissance de demain. Nous ne voulons pas perdre le relai de cette croissance.

Quelle est aujourd’hui la moyenne d’écoute mensuelle ?

Aujourd’hui, elle est d’un peu plus d’une heure. Une grosse partie des utilisateurs ne seront donc pas impactés par cette limitation. Mais demain, ils le seront car il y a un processus long d’appropriation de ce qu’est le site, de ce que nous proposons. Nous allons convertir ces utilisateurs, mais il nous faudra du temps.

Quels sont vos espoirs en termes de taux de conversion ?

Nous espérons 100 000 nouveaux abonnés assez rapidement.

Quel est le retour des maisons de disques et, la première d’entre-elles, Universal Music ?

Pour l’instant, Universal souhaite imposer une limitation à cinq écoutes par titre. Nous voulons démontrer qu’on peut conserver notre système à cinq heures par mois. La valorisation de la musique est à son début. Nous sommes au début d’un cycle où la tendance s’inverse. On veut donc tester les différentes solutions mais être pragmatique. A son lancement, Deezer avait déjà été un challenge gigantesque pour faire migrer les utilisateurs du piratage vers notre plateforme.

Maintenant, on devra regarder les résultats, l'effet sur la partie gratuite, où se trouve le bon équilibre et quel est l’impact en termes de conversion. En attendant, la plupart des maisons de disque sont en ligne avec notre formulation.
Publiée le 06/06/2011 à 12:12
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité