FTTH : Free en monopole, Orange et SFR saisissent l'ARCEP

On sent la bonne volonté de part et d'autre 58
La fibre optique (FTTH) ne semble pas prête de décoller en France. Guillaume de Calignon des Échos nous apprend en effet qu’Orange et SFR ont saisi l’ARCEP ces derniers mois pour se plaindre contre Free, accusé de ne pas laisser les deux FAI proposer leurs offres de fibre optique dans les immeubles fibrés par Free. Suite à ces deux plaintes, la filiale d’Iliad a à son tour porté plainte contre Orange pour des raisons similaires.

orange bouyues sfr free fibre otique mutualisation

Pour Orange et SFR, l’actuelle politique de Free pousse les foyers des immeubles qu’il a fibré à s’abonner uniquement chez lui, du fait de problèmes techniques. Un acte jugé comme illégal par les deux FAI colorés, alors que l’échange de réseau et la mutualisation devraient être la norme, par soucis financier et de concurrence.

Concrètement, un cadre d'un opérateur interrogé par Les Échos raconte que Free a tout fait pour empêcher les autres FAI d’accéder à son réseau : « Nous considérons que les infrastructures de Free dans ces immeubles ont été mal construites. Nous avons les pires difficultés à accéder à la fibre optique posée par Free, ce qui nous empêche de vendre nos offres dans ces immeubles. »

Afin de réduire les coûts et fibrer massivement le pays, un seul opérateur (ou une alliance) fibre un lieu, pour ensuite permettre aux autres concurrents de proposer leurs offres. Cela implique tout d’abord que tous les acteurs du secteur jouent le jeu, mais aussi que chacun fibre bien les immeubles et les logements comme il l’avait promis. Or outre les problèmes techniques, Orange et SFR critiquent aussi Free sur sa lenteur, et notamment ses promesses non tenues auprès des syndics.

Free et le retard de la fibre

On se rappellera ainsi qu’en 2008, Vivendi (SFR) accusait déjà Free d’être la cause du retard de la fibre en France. Plus récemment, fin 2010, l’ARC, l'Association des Responsables de Copropriété, s’est illustrée en publiant un communiqué attaquant Free et sa convention Fibre Optique.

Cette dernière, signée par l’ARC le 30 mai 2008, suscitait en effet un flot de déception énorme expliquions nous à l’époque. « Cet opérateur motive en effet près de 90% des réclamations de nos adhérents contre les opérateurs de fibre optique » notait l’association. Résultat, l’ARC déconseille Free pour le moment aux syndics.

Alors que la loi impose aux opérateurs d'installer la fibre dans les immeubles six mois après la signature de la convention, Free dépasse parfois cette limite de temps. Or l’ARCEP est très claire sur ce point :

« La loi prévoit effectivement que l'installation de la fibre soit réalisée dans les 6 mois qui suivent la signature de la convention. En cas de non-installation dans le délai, le propriétaire peut dénoncer la convention devant le juge comme pour tout autre contrat. »

FTTH France T4 2011

Le nombre d'abonnements à la fibre tarde à exploser

Reste que Free critique lui aussi la durée d'installation du réseau de son concurrent Orange. Chacun jette donc la patate chaude dans les mains de l’autre camp.

Au 31 décembre 2010, la France comptait un peu plus d’un million de foyers fibrés (en FTTH), dont un peu plus de 10 % sont abonnés. Orange occupe plus de 50 % du marché, contre moins d’un quart pour Free. Ce dernier a récemment confirmé que ses ambitions pour 2011 étaient loin d’être extraordinaire pour la fibre, avec seulement 100 000 abonnés en ligne de mire.

Notez que d’ici quelques minutes, l’ARCEP publiera ses deux Observatoires du Haut et du Très Haut débit pour le 1er trimestre 2011. Nous publierons un article sur le sujet peu après afin de faire le point.
Publiée le 01/06/2011 à 17:16
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité