Amazon lance sa propre boutique d'applications pour Mac OS X

Addict à la concurrence ? 11
Parce que le concept de boutique d’applications a très clairement le vent en poupe, Amazon se lance dans une concurrence frontale avec Apple pour la plateforme Mac OS X. La firme lance donc sa boutique en ligne Mac Software Download, à opposer au Mac App Store d’ Apple. On constate dès le début que chacun des concurrents a des forces et des faiblesses.

amazon mac software download 

Des poids lourds

L'offre Amazon est très différente du Mac App Store. En effet, alors que ce dernier propose essentiellement un grand regroupement de petites applications d’éditeurs peu connus, Amazon vend des poids lourds de l’industrie. On y retrouve ainsi des produits tels qu’Office 2011 de Microsoft ou Premiere/Photoshop Elements d’Adobe.

Des tarifs agressifs

Deuxième particulier : une tarification agressive. Les prix sont en dollars, la boutique n'étant disponible pour l’instant qu’aux États-Unis, mais on perçoit déjà la différence. La licence « Famille et étudiants » d’Office 2011 est ainsi référencée à 115 dollars, alors que son tarif normal est de 149 dollars. Les produits Elements d’Adobe sont à 119,99 dollars au lieu de 149,99, et l’écart peut se creuser encore davantage, comme dans le cas de Final Draft 8, proposé à 172,99 dollars au lieu de 249.

amazon mac software download 

La boutique dpropose également une sélection de jeux. Il ne s’agit pas de petits titres comme on les trouve en majorité sur le Mac App Store, mais de jeux complets comme Dragon Age Origins et les Sims 3.

Concernant tous ces téléchargements, on retrouve l’un des points forts de ce type de boutique : la possibilité de télécharger les données à l’infini. En cas de formatage, de changement ou de perte de machine, vous pourrez donc retrouver vos logiciels.

Mais la comparaison du contenu s’arrête vite, puisque la boutique d’Amazon ne contient qu’environ 250 titres pour l’instant.

Le pour et le contre

Cependant, l’expérience globale d’Amazon est moins bonne que celle du Mac App Store. Il s’agit en effet d’une page web et non d’un composant intégré au système. Sans même parler de l’apparence, cela présente deux limites importantes.

Premièrement, la boutique ne procède pas à l’installation de l’application, mais télécharge simplement l’installeur. À charge pour l’utilisateur de lancer lui-même la procédure.

Deuxièmement, les applications sont classiques et ne sont en aucun cas reliées à la boutique, et il n’y a donc pas signalement et de prise en charge des mises à jour. Le Mac App Store affiche une notification quand de nouvelles versions sont disponibles et s’occupe de les installer d’une seule traite.

Amazon offre cependant plus de souplesse aux éditeurs, notamment un élément clé : pour chaque produit, l’éditeur peut choisir le nombre de machines maximales sur lequel il peut être installé. Par exemple, dans le cas d’Office 2011 Famille et étudiants, la licence vise trois postes.

Cette limite est absente du Mac App Store : une fois l’application achetée, si vous avez vingt machines, vous pouvez l’installer vingt fois.  Une autre forme de limite existe toutefois. Le Mac App Store d'Apple ne peut se connecter qu'à un seul compte à le fois. Si l'un de vos amis se connecte avec le sien, il pourra rappratrier ses applications sur votre Mac. Cependant, le lancement de vos applications achetées par ce biais vous demandera votre mot de passe, ce qui désactivera le compte de votre ami. En clair : vous ne lancez que vos applications, ou celles d'un autre compte, mais pas les deux. Cela évidemment pour éviter les débordements.

Dans le cas d'Amazon, le fait de recourir à des téléchargements classiques casse cette limite. Cependant, c'est Amazon qui vout fournit (et stocke) vos clés de licence. Si l'éditeur déclare qu'une clé donnée n'est valable que pour trois machines, l'utilisateur n'aura d'autre choix que de s'y conformer, puisqu'il y aura une vérification. La procédure d'activation de chaque logiciel dépend complètement de son éditeur, comme pour les applications classiques.

Une réelle concurrence ?

De fait, il est difficile de dire que les deux boutiques se concurrent réellement. Lorsqu’on examine les catalogues actuels, on a davantage l’impression qu’elles se complètent. Évidemment, ni Apple ni Amazon ne comptent en rester là et aimeraient donc que leurs étalages virtuels se garnissent au maximum. Rappelons quand même que le prochain Mac OS X, Lion, intègrera directement le Mac App Store.

On se demande toutefois si Amazon va épargner un seul concurrent tant la firme semble vouloir entrer en compétition dans de nombreux domaines. On pourra citer en effet le Cloud Player, pour héberger sa musique en ligne, l'Amazon AppStore pour Android, ou encore la VOD contre Netflix.
Publiée le 27/05/2011 à 11:54 - Source : Amazon
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité