Windows 8 : Intel pointe le manque de compatibilité d'ARM

En ce qui concerne les tablettes, cela n'a guère d'importance 221
Windows 8 introduit, entre autres nouveautés, un certain nombre de changements dans son architecture, bien que Microsoft n’ait encore rien annoncé de précis à ce sujet. Un point est connu, et il entraîne de nombreuses répercussions : la compatibilité avec la puce ARM. Intel a fait des déclarations à ce sujet, et il semble clair que le fondeur a à cœur de montrer que l’architecture ARM n’est pas forcément la panacée.

Dans des propos tenus lors de la conférence Investor Meeting, la vice-présidente de l’ingénierie logicielle Renée James a tenu à rappeler que les puces ARM ne peuvent pas faire fonctionner les applications actuelles. Une phrase qui sous-entend les applications visant l’ensemble des API Win32. Effectivement, beaucoup s’attendent à ce que la version de Windows 8 pour les tablettes n’embarque aucun élément relatif à Win32 et à la compatibilité avec le parc logiciel existant.

C’est une question de logique. Si Microsoft vise très clairement les tablettes équipées de puces ARM, l’éditeur va capitaliser sur ce qui se passe actuellement sur Windows Phone 7. Le framework de développement s’appuie principalement sur .NET, Silverlight et XNA pour les développements des applications et des jeux, et Microsoft n’a aucune raison de changer cette manière de faire avec les tablettes. L’interface sera nécessairement conçue spécifiquement pour les tablettes, et le Marketplace sera de la partie.

Pourtant, Renée James est allée plus loin en précisant que Windows 8 embarquerait un « mode Windows 7 » chargé de gérer la compatibilité dans le cas où la machine utilisée serait basée sur l’architecture x86 (ou x86_64). Ici arrive le mystère : cela signifie-t-il que la version classique pour machines de bureau sera également concernée ? La virtualisation sera-t-elle obligatoirement de la partie ?

Microsoft devrait communiquer prochainement sur Windows 8 (le mois prochain ?), mais cela n’empêche pas Intel d’attirer l’attention en annonçant que des processeurs plus efficaces que les puces ARM sont en cours de développement. Par efficacité, il faut comprendre qu’ils sont censés être plus performants à consommation égale, ou aussi performants à consommation moindre.

Voici un passage intéressant souligné par The Register :

« Nous travaillons avec Microsoft depuis probablement 20 ans cette année. Nous sommes leur partenaire depuis longtemps : tout le monde a écrit à ce sujet, tout le monde en a parlé.

Mais ce que vous ne savez peut-être pas est que nous avons une équipe de développement sur site à Redmond qui travaille en fait en profondeur dans le système d’exploitation pour être certain que les plateformes, les fonctionnalités et les nouvelles instructions (quels que soient les nouveaux éléments que nous inventons) sont prêtes au moment de l’introduction du dernier environnement de Microsoft.

Intel a une architecture unifiée. Cela signifie que les applications et les systèmes d’exploitation peuvent fonctionner d’une génération de plateforme Intel à la génération suivante, et que les mêmes applications vont continuer à fonctionner, en compatibilités ascendante et descendante. Vous pouvez lancer la même application sur plusieurs versions de notre architecture (Atom, Xeon, Core, etc.), ce qui n’est pas le cas dans l’écosystème ARM
».

Une manière en quelque sorte d’enfoncer des portes ouvertes. Mais la compatibilité dont Renée James parle est valable pour le code natif, donc dépendant de l’architecture du processeur. La question est donc de savoir comment Microsoft va procéder sur la version de Windows 8 pour les PC traditionnels, un monde nettement plus flou que celui des tablettes où l’on peut faire table rase.
 
Publiée le 18/05/2011 à 12:16 - Source : Multiple
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €