FTTH : une carte résume les intentions de déploiement d'ici 2016

Reste à transformer l'essai 92
Loin encore de décoller en France, le très haut débit, et plus particulièrement la fibre optique jusqu’à la maison (FTTH), se fait attendre. Ainsi, non seulement le déploiement de cette technologie ne touche que quelques millions de foyers, mais ces derniers ne jouent pas vraiment le jeu, puisque seulement 10 % des foyers éligibles s’abonnent à la fibre. Afin d’avoir une meilleure visibilité, les plus grands FAI français, sous impulsion du gouvernement, ont donné leur prévision sur les cinq prochaines années.

Une carte a ainsi été réalisée à partir de ces données (la carte plus détaillée ici). Il est important de noter que la carte ci-dessous intègre uniquement les intentions privées. Les projets de déploiement de réseaux de fibre optique nécessitant une subvention publique ne sont donc pas affichés.

De plus, seuls Orange, SFR, Free, Covage, Alsatis et Ezyla ont répondu à l’appel. Les projets de Bouygues Télécom ne sont donc pas non plus présents sur cette carte. Son absence n’a cependant pas une grande incidence, puisque la filiale du groupe Bouygues ne compte pour le moment investir que dans les zones denses, déjà occupées par les autres FAI.

Enfin, Numericable, actuellement le FAI n°1 en France en matière de très haut débit, et qui exploite la technologie FTTLA (fibre jusqu'au dernier amplificateur), ne figure pas non plus sur cette carte.

FTTH carte france 2011-2016

Au total, les six FAI qui se sont manifestés comptent fibrer près de 3 600 communes (dont 148 dans des zones très denses), soit environ 57 % des foyers français. Que remarque-t-on sur cette carte ?
  • L’Île-de-France d’ici cinq ans sera en très grande partie fibrée. Tous les départements de cette région auront entre 80 % et 100 % de leur population reliés à la fibre, hormis l’Essonne (91), qui devrait être fibrée entre 60 et 80 %, et la Seine et Marne (77), entre 40 et 60 %.
  • La région Provence-Alpes Côte d’Azur n’est pas en reste, avec deux gros départements fibrés massivement (les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes), sans compter le Var et le Vaucluse fibrés entre 60 et 80 %.
  • Enfin, hormis ces deux régions, seul le département du Rhône (Lyon), de la région Rhône-Alpes, sera particulièrement fibré.
  • Du côté des départements très fibrés (entre 60 et 80 %), hors ceux cités ci-dessus, on ne retrouve que l’Hérault (Montpellier), la Loire-Atlantique (Nantes), le Nord (Lille), le Pas-de-Calais et le Territoire de Belfort.
  • À l’inverse, les départements les moins bien lotis (entre 0 et 20 % de la population fibrée d’ici 2016) sont : les Landes, le Gers, le Lot, la Lozère, l’Ardèche, l’Ain, la Haute-Saône, les Vosges, la Manche, la Réunion et la Guadeloupe.
Publiée le 28/04/2011 à 14:57
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité