Stéphane Richard (Orange) veut lui aussi "bâtir un Internet civilisé"

Chine ! Euh..chiche ! 85
L’expression d’Internet civilisé, surutilisée par l’UMP et qui a pour origine la Chine, pénètre maintenant le monde des opérateurs. Dans un édito interne au groupe, que nous nous sommes procuré, Stéphane Richard ajoute sa pierre à l’édifice de civilisation du net, en version Orange.

orange internet civilisé

Cette fois, c’est pour qualifier à peu près toutes les problématiques actuelles, de la neutralité du net au droit à l’oubli, en passant par l’accès aux télécoms. Avec une batterie de questions : « Quelle gestion des ressources (environ 5% des fournisseurs utilisent 60% des tuyaux) ? Quel modèle économique (modèle payant, gratuit ou financé par la publicité, qualité de service différenciée) ? Quel contrôle (contrôle d’État vs libertés individuelles, droit à l’oubli, gestion des rumeurs) ? Quelle place pour la vieille Europe, au-delà d'un territoire de consommateurs riches et de plus en plus âgés ? Il nous incombe de construire la société numérique sur laquelle nos entreprises, nos clients, nos enfants vont durablement vivre dans les décennies à venir ».

"La place du Village"

Richard trace la route : « Nous devons construire un monde numérique durable, fiable et équitable et non un monde où quelques habiles individus s’approprient la Place du Village ». Et Richard de retenir trois valeurs à respecter « l’ouverture, l’interopérabilité et la sécurité ».

Ne pas rendre le consommateur prisonnier d'un univers...

Et « pas une fausse ouverture où certains créent des remparts et rendent le consommateur l’heureux prisonnier de leur univers ou bien le transforment à son insu en monnaie d’échange publicitaire. L’interopérabilité demande du temps, de la négociation, de l’acceptation et du renoncement. La sécurité est indissociable de toute vie en société ».

Un regard à Quinze ans

Richard conclut ainsi son édito : « au moment où une part très importante de la vie de nos clients se retrouve sur Internet, nous leur devons cette exigence de protection de leurs données personnelles. Construire un Internet civilisé demande un regard à quinze ans et non des profits au trimestre. Construire un Internet civilisé demande volonté et code de conduite ».
Publiée le 13/04/2011 à 11:02
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité