S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Licence 4G : Free sera candidat, "On en a besoin dans la durée"

C'est pas faux

Alors que Free Mobile compte dès l’an prochain titiller les opérateurs français, la filiale d’Iliad ne se contentera pas de la 3G et sera donc candidat pour obtenir une des licences 4G/LTE, qui devraient être proposées cet été.

3GPP LTE Advanced 4GLa nouvelle a été officialisée par Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, lors d’une interview sur BFM Radio : « On sera vraisemblablement candidat, puisqu’on a besoin de fréquences si on veut croître sur la durée. On n’en a pas besoin pour démarrer (NDLR : en 2012), mais dans la durée oui. »

Lombardini s’explique : « On ne connaît pas encore le détail des termes de l’appel à candidature (NDLR : pour les licences 4G), mais c’est important que tous les opérateurs mobiles puissent avoir accès à ces fréquences. Sans quoi il va y avoir une forme de retour en arrière qui n’est pas souhaitable. »

En somme, même si la 4G ne sera pas un quotidien pour les Français avant plusieurs années, aucun opérateur actuel ne peut se permettre de passer à côté de cette étape. Dans le cas contraire, il risque d’être rapidement mis sur la touche.

Le prix de la licence, la grande interrogation

Pour cela, le gouvernement doit donc tout mettre en œuvre pour que les opérateurs puissent trouver leur compte, sous-entend sans vraiment le cacher le directeur général d’Iliad : « Il faut que l’État trouve un juste milieu entre tirer de l’argent de fréquences, c’est normal que si on occupe le domaine public, on le rémunère, mais ne pas handicaper pour autant les acteurs. »

Le DG d’Iliad se plaint ainsi que l’État lui demande de tout financer : la fibre optique, la téléphonie mobile, la télévision, toujours plus de taxes, etc. Le gouvernement doit donc « trouver un juste milieu » entre ses besoins de budget à court terme et l’intérêt du pays et des opérateurs.

Lombardini montre donc ici qu’une licence 4G à un prix démentiel serait insensée, même si les grands opérateurs (Orange et SFR en tout cas) auront les reins financiers suffisants. Une situation déjà dénoncée l'an passé par l'ARCEP.

4G : Pourquoi pas un accord élargi avec Orange

Enfin, Lombardini précise que son récent accord d’itinérance avec Orange ne concerne que la 2G et la 3G, mais pas la 4G : « On va être candidat, normalement, pour avoir des fréquences nous-mêmes pour la 4G. Ce n'est pas tout de suite que le déploiement se transformera en services commerciaux 4G. On parle de quelque chose qui viendra dans plusieurs années. Ce n'est pas prévu à notre accord (NDLR : celui avec Orange). Maintenant, rien n'interdit le moment venu, si Orange est d'accord, de l'élargir à la 4G. »
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 10/03/2011 à 18:12

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;