PCi Labs : l'Acer Aspire One 522 et son AMD Ontario C-50 sont là

Fusion, Atom : même combat ? 49
Alors que notre ami David ne cesse de jouer avec sa carte mère exploitant la plateforme Brazos d'AMD et de son APU E-350, de notre côté, nous nous impatientons quelque peu de ne pas voir arriver sur le marché de netbooks équipés de l'un des ses petits frères tel que le C-50. Après quelques coups... de téléphone, nous avons néanmoins pu recevoir un Aspire One 522 en provenance d'Acer. Voici notre petit tour de propriétaire.

Mais avant d'entrer dans le détail de ce modèle, reprenons un instant la définition duIntel Atom Pinetrail netbook, selon Intel. Une telle machine doit avoir une diagonale inférieure à 12" et proposer des performances minimales grâce à un processeur dédié : l'Atom. Il permet de s'affranchir de la bureautique simple, de la navigation sur Internet (sans vidéo HD) et... puis c'est tout.

En contre partie, l'autonomie peut depasser la journée de travail, et nous l'avons vu dans les faits certains constructeurs proposent encore aujourd'hui des netbooks fleurtant avec les dix heures éloignées d'adaptateur secteur.

Le pari d'AMD : le netbook HD et autonome

Mais est-ce vraiment l'usage d'aujourd'hui ? Avec l'émergence de la vidéo HD à tout va sur les sites de partage (YouTube, Dailymotion...) et dans notre quotidien (Blu-Ray, films de vacances en MP4 ou MKV), ou même dans notre façon d'utiliser un PC, est-ce que l'Atom suffit ? Non ou alors pas tout seul.

NVIDIA est arrivé avec ses solutions ION démontrant, en aidant beaucoup certes, que la plateforme netbook peut faire d'autre chose que du simple surf. Mais amener une bonne dose de performance supplémentaire... se fait au détriment de l'autonomie. Peu de machines équipées de ces solutions dépassent les trois ou quatre d'heures.

Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion sticker Et AMD, nous direz-vous ? Jusqu'ici, le constructeur est passé au travers de ce marché lucratif. Faute de moyens financiers, l'ex-fondeur nous proposait des solutions bancales en castrant des modèles existants.

Nous avons eu le droit à la gamme de processeurs Neo, utilisant l'architecture des PC de bureau... et à force d'enlever des mégahertz et du cache, on se retrouvait avec quelque chose de plus ou moins convenable. Sauf qu'il lui manquait quelque chose de vital pour réellement percer : une véritable maîtrise de la consommation, ouvrant la voie d'une autonomie correcte, autrement qu'au repos, écran quasi éteint.

Ainsi, les partenaires d'AMD n'ont utilisé ces puces que pour faire des machines à prix cassé, pour des utilisateurs peu exigeants. Mais c'est fini, du moins en théorie.

En effet avec Fusion, le constructeur nous promet qu'il est possible d'avoir un netbook capable de gérer les activités du quotidien, doté d'une puce graphique susceptible de prendre en charge certaines tâches multimédia telles que la lecture ou l'encodage de vidéos en haute définition.

Mais surtout, on nous promet des produits avec une autonomie décente, ce que nous avons décidé de vérifier lors de notre première approche de la machine.

L'Acer Aspire  One D522 : un premier exemple

Afin de tester cette nouvelle plateforme vouée à reconcilier AMD et les netbooks, nous nous sommes donc tournés vers Acer qui, dès les premières annonces de Zacate et Ontario, répondait présent. La marque nous a ainsi mis à disposition un Aspire One 522. 

Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion boite et netbo

Ce modèle est un 10.1" qui embarque une dalle brillante ayant une définition de 1280x720, ce qui a tendance à nous ravir puisque cela change des définitions poussives que l'on trouve habituellement sur ce type d'engin.

Mauvais point par contre, la coque exterieure recouvrant l'écran est de type « glossy », attention donc aux traces de doigts.

Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion clavier

Lorsque l'on ouvre la machine, on a le droit à un clavier avec des touches larges, en T inversé si cher à la marque, que nous n'aimons toujours pas. Seules les flèches directionnelles sont ridiculement petites, le touchpad est multipoint et plutôt de dimension généreuse : 75x40 mm.

Il est parfaitement intégré au repose-poignet qui est en plastique mat, ce qui est une bonne nouvelle.

Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion cote gauche Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion cote droit

Du côté de la connectique, nous avons sur la gauche un port HDMI 1.3, deux ports USB 2.0 ainsi une sortie VGA. Sur la droite, nous avons un lecteur de cartes 5-en1, les classiques entrée micro et sortie casque, un port USB 2.0 et enfin le connecteur RJ45 ici en 100 Mbps.

Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion batterie Acer Aspire One 522 AMD C-50 Fusion chargeur

Enfin, INtéressons-nous à la batterie et son chargeur. Lorsque nous avons pris en main la machine la première fois, elle nous semblait légère. Notre balance nous confirme ce point. Le netbook pèse 1090 grammes batterie incluse.

En démontant cette dernière, on s'aperçoit qu'elle ne pèse que 160 grammes. En regardant ses détails à la loupe, nous avons affaire à une version trois cellules de 23 Wh, ce qui ne sera pas le cas avec la version commerciale, qui sera vendue avec une six cellules 48 Wh selon Acer.

Du côté du chargeur, nous avons un modèle compact délivrant 2.15 A sur 19 volts, soit 40 watts. Il est très léger (190 grammes) et utilise un système d'embout interchangeable sur la prise secteur, ce qui peut s'avérer pratique pour ceux qui voyagent souvent. Reste à voir si Acer permettra d'acheter d'autres embouts notamment sur son magasin en ligne

Mais trève de bavardages, voici nos premiers relevés de consommation : 
  • Au repos : 10.1 W
  • Sous Furmark : 17.1 W
À noter que dans le premier cas, nous avions réglé l'écran à la moitié de sa luminosité et qu'il est possible d'aller plus bas, nous avons relevé ainsi  8 watts avec le rétroéclairage (à LED) mis au minimum, qui permet de conserver une lecture aisée.

Un coeur de Fusion C-50 : deux Bobcat et une Radeon HD 6250

Maintenant que l'extérieur est fait, passons à l'INtérieur de la bête. Acer a choisi d'intégrer la version Ontario dans sa déclinaison double coeur, c'est-à-dire le C-50. Il est cadencé à 1 GHz pour le processeur et la puce graphique est une Radeon HD 6250 et de ses 80 unités fonctionnant à 250 MHz.

CPU-Z Acer Aspire One 522 AMD Fusion C-50  GPU-Z Acer Aspire One 522 AMD Fusion C-50

Pour accompagner cette puce, nous avons une barrette de 1 Go de DDR3 ainsi qu'un disque dur de 250 Go provenant de Toshiba et fonctionnant à 5400 tpm.

Le C-50, un processeur suffisant pour le Web ?

Netbook oblige, nous n'allons pas lui faire subir un protocole trop poussé. En effet, cette machine servant tout d'abord d'appoint, il ne servirait pas à grand-chose de voir ses résultats en encodage vidéo.

Mais nous avons voulu noter tout de même quelques résultats INtéressants.

Futuremark Peacekeeper

Et commençons par deux tests dédiés à internet : Peacekeeper de Futuremark et Kraken de Mozilla. Nous avons utilisé le tout avec Chrome 9.0.597.98 et nous avons comparé les résultats à ceux d'un Asus Eee PC 1015PE disposant d'un Atom N450 que nous avions testé pour Prix du Net.

Notez que l'Atom ne dispose que d'un coeur à 1.6 GHz avec HT contrairement au CPU AMD qui est doté de deux coeurs physiques, mais à 1 GHz. Vous remarquerez aussi qu'Aero n'est pas activé, Acer ayant eu la mauvaise idée de proposer une telle machine sous Windows 7 Starter.

Peacekeeper (le plus grand est le meilleur) :
  • AMD C-50 : 2206
  • Intel Atom N450 : 1427
Kraken (le plus petit est le meilleur) :
  • AMD C-50 : 60088 ms
  • Intel Atom N450 : 65095 ms
Si sur l'outil de mesure de Futuremark, l'avance d'AMD est clairement notable avec 54 % de mieux, sur celui de Mozilla l'écart est moins important puisque nous n'avons plus que 8 %. 

Le C-50 dans les vidéos HD c'est du tout bon... sauf lorsqu'on utilise Flash 10.2

flash adobeAprès ces tests théoriques, nous avons souhaité faire du pratique et tester la capacité de décodage HD promise par la puce graphique INtégrée d'AMD.

Nous nous sommes alors tournés vers YouTube et la bande-annonce de Tron : L'héritage, qui est disponible dans toutes les définitions. Notre navigateur embarquait la version 10.2 permettant le décodage matériel.

Cependant, dès le passage au 720p, nous avons subi de nombreuses pertes d'images et la fluidité de lecture n'y était donc pas. Le support de Flash ne semble pas encore efficace sur notre puce AMD.

Media Player Classic Home Cinema

Ensuite, nous avons utilisé Media Player Classic Home Cinema dans sa version 1.5 qui est disponible ici, puis nous avons lu différents fichiers MKV contenant des vidéos en x264 que ce soit en 720p ou 1080p.

Ici aucun souci pour la lecture, même les fichiers les plus lourds. Nous avons été jusqu'à lire une image de Blu-Ray et ses 35 Mbps sans rencontrer le moindre problème.

Nous avons ensuite décidé de nous mettre dans la peau de notre Nain devenu mythique sous WoW : Cataclysm dans sa dernière version, en résolution native et avec les paramètres graphiques réglés sur Bon.

Avec la mesure de performances en vol via la commande « /testdurée », nous avons relevé les résultats suivants :
  • Kharanos > Forgefer : 21.12 fps
  • Forgefer > Kharanos : 20.90 fps
Bref, comme le relevait David de son côté, ce sera difficilement jouable et il faudra revoir les réglages à la baisse. Avec la qualité graphique au minimum, nous n'avons par contre pu grimper à un peu plus de 55 fps, au prix d'un affichage « old school ».

Screenshot World Of Warcraft Cataclysm

Fusion : l'autonomie n'est pas celle qu'on attendait à première vue

Enfin, nous avons voulu savoir quelle était l'autonomie de la machine lors d'une lecture de fichier 1080p (MKV de 13.9 Go pour une durée de 2h12). Nous rappelons ici que notre machine était équipée d'une simple batterie à trois cellules et que sa version commerciale comprendra un modèle doublant cette capacité.

Si nous mettons autant de temps à vous révéler le résultat, c'est qu'il n'est pas forcément très brillant. Nous n'aurons pas tenu plus de 1 h 51 en lecture... Même doublé, ce n'est pas vraiment ce que l'on attendait et nous voilà quelque peu déçu, bien que l'on apprécie de pouvoir lire ce type de fichier sur une machine de cette taille.

Nous allons reprendre d'autres tests pour confirmer ou infirmer ces premiers résultats et vous donner plus de détails.
Publiée le 16/02/2011 à 01:00
Damien Labourot

Journaliste High-tech gravitant autour de la mobilité (smartphone, tablette, portable) et toujours prêt à de nouvelles expériences.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité