Le discours de Sarkozy sur la civilisation du numérique

Entre Cannes et Deauville 82
Le discours de Nicolas Sarkozy lors des voeux à la Culture nous a été transmis par l’Elysée. Comme on le voit, les seuls passages qui concernent le numérique tiennent dans ces paragraphes, sur les 6 pages prononcées. Pas de mention explicite d’Hadopi mais entre les lignes, il ne faut pas s’y tromper lorsque le chef de l’État évoque les futurs travaux au sein du G20 des droits d’auteur, et avant tout du G8 avec les acteurs de la société virtuelle. A Cannes comme à Deauville, le thème de « l’internet civilisé » y sera déclamé.

internet civilisé hadopi nicolas sarkozy

" Deuxième remarque pour couvrir tout le spectre. Passant de la culture au numérique, qui sont liés pour vous, il y a eu beaucoup de malentendus, et c’est une affaire extrêmement difficile. C’est BEAUMARCHAIS, je crois, qui a inventé la notion de droit d’auteur et c’est la France qui a porté le droit d’auteur au niveau international. Vous, les artistes, vous, les créateurs, vous ne pouvez pas passer d’une époque où vous aviez à faire face aux caprices des princes qui vous protégeaient, qui vous subventionnaient, à un système où le progrès fantastique que représente l’économie du numérique qui met à la disposition de tous, à tout moment, toute la création, ce succès qui est incontestable, ce progrès qui est incontestable, se feraient au détriment de la protection du droit à la création et du droit d’auteur.

Je voudrais bien me faire comprendre. Le numérique, l’internet, cette société virtuelle met à la disposition de chacun la connaissance de tous. C’est un progrès, et il faudrait ne rien comprendre aux évolutions du monde pour contester que c’est un progrès. Mais cela ne peut pas se faire au seul détriment de la protection du droit à la création. On ne peut pas d’un côté consommer comme jamais des images, de la musique, des auteurs, de la création et ne pas assurer le respect du droit de propriété de celui qui a mis toute son émotion, tout son talent et toute sa créativité.

C’est un sujet qui est beaucoup plus important que le seul sujet économique, parce que le jour où il n’y a plus de création, et le jour où on ne rémunère plus la création, on tue la création.

Donc plutôt que de voir les choses en opposition, nous allons essayer avec les acteurs de l’internet, dont je salue le dynamisme, la créativité et dont je sais qu’ils ont le souci de la respectabilité, nous allons mettre sur la table une question centrale : celle de l’internet civilisé. Je ne dis même pas de l’internet régulé, je dis de l’internet civilisé. C’est l’intérêt de tout le monde. Sachez que pour le G8, sous présidence française, la veille du G8, je réunirai avec l’accord de mes collègues, et notamment du Président OBAMA, les grands intervenants de la société virtuelle dans chacun des pays du G8. Je souhaite d’ailleurs, Frédéric MITTERRAND, qu’avant le G20 à Cannes, il y ait un sommet des pays du G20 sur la question des droits d’auteur, pour que nous essayions d’avancer ensemble, pas les uns contre les autres, les uns avec les autres.
"

Publiée le 20/01/2011 à 12:09
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité