S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Web 2.0. : après Spotify, Skype rejoint les rangs de l’ASIC (Màj)

Plus de notes pour l'ASIC

Mise à jour 24 janvier 2011 : après Spotify, c'est Skype qui rejoint l'ASIC. Dans le communiqué officiel Giuseppe de Martino et Pierre Kosciusko-Morizet décrivent l'importance de cette arrivée : « en France et plus largement en Europe, les acteurs du Web 2.0. sont appelés à fortement se mobiliser sur un très grand nombre de sujets comme la défense de l’Internet ouvert, la protection de la vie privée ou la protection des droits des tiers. Les futures contributions de Skype, qui opère mondialement depuis son siège au Luxembourg et qui est incontournable dans la promotion d’un Internet résolument ouvert et orienté vers les utilisateurs / Internautes, permettront d’étendre encore plus l’expertise de l’ASIC et renforceront nos actions »... Par exemple contre les tentatives politiques qui tentent de taxer en France, les revenus des entités basées en Irlande ou dans les pays limitrophes.

Première diffusion 17 janvier 2011
L’ASIC ou Association des Services Internet Communautaires, compte un nouvel acteur depuis ce matin, et pas des moindres. Elle vient en effet d’annoncer l’arrivée de Spotify dans ses ranges, la fameuse plateforme de streaming musical qui comporte une « brique » sociale pour interconnecter ses utilisateurs.

web 2.0 asic spotify

L’association des acteurs Web 2.0 avait notamment dénoncé via une tribune, les différents projets de taxation contenus dans la loi de finances pour 2011, dont la future taxe frappant les investissements publicitaires sur Internet. Une taxe qui « mécaniquement (fera) baisser les recettes des acteurs français installés en France et retarderait d’autant la date à laquelle ils peuvent espérer trouver leur point d’équilibre. Quand on sait la fragilité de nombre de ces entreprises émergentes pour lesquelles la publicité est la principale voire l’unique ressource, c’est à coup sûr condamner beaucoup de ces start-ups qui ont plus besoin d’incubateurs que de fossoyeurs. »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 24/01/2011 à 10:41

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;