Mitterrand : Hadopi 3 visera l'offre légale, non le volet répressif

Hadopi, ça marche 97
Dans une interview accordée à RFI datant du 21 décembre dernier, Frédéric Mitterrand donne les premiers détails sur Hadopi 3, la future rustine des lois Hadopi « plus adaptée », promise par Nicolas Sarkozy. On apprend à cette occasion que la future loi ne se concentrera finalement que sur l’offre légale, et pas sur le volet répressif.

frederic mitterrand marie-françoise marais Hadopi
Frédéric Mitterrand et Marie Françoise Marais, présidente de l'Hadopi, (janvier 2010, photo MR)

« On a parlé d’un Hadopi 3… »… « Moins répressif ?» demande une journaliste ? « Non, non, ce n’est pas cela. L’idée est que dans le domaine de l’offre l’égale, il y a encore plein de pistes à étudier de manière à accroitre encore cette rencontre de la liberté et de la gratuité avec cette troisième chose qui est la légalité ».

La Rue de Valois donne ainsi les premiers éclairages sur ce que sera le troisième volet de cette loi, annoncé au détour d’un déjeuner par Nicolas Sarkozy. Visiblement, il ne sera pas question de l’aspect sanctionnateur du texte, qui réserve 1 mois de suspension d’abonnement et 1500 euros d’amende à l’encontre de l’abonné incapable de sécuriser son accès internet. En pratique celui qui n’aura pas installé de logiciel de sécurisation labellisé (le fameux « mouchard » ou système de contrôle installé chez l'usager).

Montée en puissance des emails : "tout le monde est impatient"

Dans cette interview datant du mardi 21 décembre 2010, Mitterrand ne contestait pas nos informations et celles de la Tribune selon lesquelles qu’il y avait 2000 envois par jour, tout en se montrant rassurant, à sa manière : « tout le monde est impatient (…) cela va monter en puissance, ne vous inquiétez pas, cela va venir » (voir nos dernières estimations). Sur le plateau, un journaliste a rappellé le possible objectif de 10 000 courriers/jour.

"Hadopi fonctionne bien"

« Il y a un organisme, Hadopi, qui fonctionne et qui fonctionne bien » affirme le ministre de la Culture, sourd aux critiques de l'industrie du disque, qui estime trop faible le nombre d'avertissements envoyés. « Hadopi est un succès ne serait-ce que par le progrès formidable de la pédagogie que cela représente, assure-t-il, sur le plan de la pédagogie, Hadopi ça a été un électrochoc (…). Énormément de gens se sont rendu comptes que quand ils téléchargeaient illégalement, ils faisaient quelque chose qui contrevenait à la protection des droits et par là même à l’essence même de la création. » Peu après cette interview, on apprenait cependant que de plus en plus de personnes se ruent sur MegaUpload, relativisant cet éléctrochoc... 

Si l’on résume, le volet de l’offre légale devra être patché par une future loi Hadopi 3, mais pour le cœur de la loi, la riposte graduée, rien n’est à réviser puisque le texte rencontre un succès pédagogique phénoménal.
Publiée le 06/01/2011 à 09:38
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité