Ubuntu : après le shell GNOME, Canonical se débarrasse de X

« Unity on Wayland », ça ferait un bon titre de bouquin 364
Récemment, Canonical, via la voix de son PDG Mark Shuttleworth, a annoncé que la prochaine version d’Ubuntu se débarrasserait de l’environnement de bureau GNOME, autrement dit son shell. Les fondations de GNOME resteront en place, mais c’est Unity qui prendra le relais, sans doute pour avoir une interface commune sur les ordinateurs classiques et sur les tablettes. Pour parachever la vision de Shuttleworth, la société va se lancer dans un chantier beaucoup plus ambitieux : abandonner le serveur d’affichage X.

ubuntu unity

Le serveur X est responsable de l’affichage dans les systèmes Unix et Linux. Son implémentation la plus connue est X.org, que l’on retrouve dans Ubuntu, Fedora, Mandriva, OpenSuse, et en fait toutes les distributions connues. Ce serveur a évolué au fil des années pour prendre en compte des éléments plus modernes, mais ses racines remontent loin, très loin.

D’après Shuttleworth, le type d’expérience utilisateur que vise Canonical à terme ne laisse plus vraiment de place au serveur X. à la recherche d’un remplaçant depuis un moment, l’éditeur s’est penché sur un projet expérimental nommé Wayland. Ce dernier a été développé par Kristian Hoegsberg, qui a travaillé justement sur quelques-unes des technologies récentes ajoutées au serveur X. Wayland fait table rase du passé sur de nombreux points. Or, comme on s’en doute, c’est à la fois sa plus grande force et sa plus grande faiblesse.

Même si l’on considère que Wayland est un énorme bond par rapport à X et qu’il ne s’empêtre donc plus de l’héritage du passé, on ne remplace pas un serveur graphique aussi simplement. Tout ou presque est bâti autour de X, et non seulement les environnements de bureau tels que GNOME et KDE l’utilisent, mais les pilotes graphiques sont également conçus pour lui. Il faut donc adapter le parc logiciel, mais également posséder des pilotes adaptés.

Shuttleworth estime qu’une transition de X vers Wayland prendrait au moins quatre ans. Les pilotes sont en effet un gros problème, dans la mesure où certaines fonctionnalités, telles que Kernel Mode Settings, sont obligatoires. De fait, un grand nombre de pilotes propriétaires sont tout simplement à jeter.

Côté logiciels, le PDG explique qu’un serveur X pourrait fonctionner à l’intérieur de Wayland, sans les droits root. Une solution de type hybride qui aurait l’avantage de permettre aux applications prévues pour X de continuer à fonctionner, tout en permettant à Unity de se baser entièrement sur Wayland. Progressivement, au fur et à mesure des mises à jour logicielles, les applications pourront s’appuyer sur Wayland au lieu de X. Mais il faudra des années, sans parler du développement des pilotes nécessaires à l’ensemble.

De l’avis même de l’éditeur, un tel changement est énorme et va demander la synchronisation d’un grand nombre de travaux. Mais Canonical est sans aucun doute en position de force avec Ubuntu et a probablement les moyens de ses ambitions. Le travail sera de longue haleine et supposera notamment d’autres progrès dans le domaine des pilotes libres.
 
PS : merci à Lionel !
Publiée le 05/11/2010 à 17:11 - Source : Phoronix
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité