Pourquoi Marland-Militello veut plus de crédits pour Hadopi

MMM met le paquet 210
La députée Marland-Militello (MMM) vient de motiver dans un communiqué son amendement visant à augmenter de deux millions d’euros le budget de l’Hadopi pour 2011. Les explications traduisent une fidélité quasi religieuse à Nicolas Sarkozy.

« Grâce à notre Président de la République, Nicolas Sarkozy, le piratage n’est plus une fatalité. Les droits des créateurs ne peuvent plus être impunément bafoués. Les fruits de leur travail et de leur talent ne peuvent plus leur être impunément volés » prévient immédiatement la députée pour qui « grâce à notre Président de la République, Nicolas Sarkozy, la menace de mort que fait peser le piratage sur la création a déjà commencé à reculer ».

La députée poursuit dans sa lancée mystique : « Grâce au sens de l’intérêt général et aux capacités d’innovation de notre Président de la République, Nicolas Sarkozy, le Parlement a créé par la loi la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI). Deux missions principales sont confiées à l’HADOPI : d’une part la mise en place de la pédagogique réponse graduée et d’autre part la promotion du développement d’une offre légale de qualité, accessible, fraîche et diverse ». La parlementaire oublie curieusement le filtrage, qu’on pourra découvrir avec plus de détail sur cette page.

Un paquet cadeau de deux millions

Selon elle, en tout cas, « une rallonge budgétaire de deux millions d’euros doit être accordée à l’HADOPI pour qu’elle puisse, dès le début, mettre le paquet sur le développement de l’offre légale, dans l’intérêt des internautes et des créateurs. Ces deux millions d’euros seront un investissement essentiel pour la démocratisation culturelle permettant de mettre à profit les formidables possibilités ouvertes par l’Internet, dans le respect des droits et libertés de chacun, public comme créateurs. »


Publiée le 15/10/2010 à 12:36
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité