Google TV : Sony se lance aussi avec des TV et une set-top box

À quand une box bon marché ? 15
La semaine dernière, nous nous étions fait l’écho du lancement, par Logitech, de la première set-top box dédiée au service Google TV. Le constructeur avait fait le choix d’un matériel qui n’était pas nécessairement des plus accessibles avec un tarif de 300 dollars environ, sans compter les éventuels accessoires. Voilà que Sony débarque à son tour dans le secteur avec des téléviseurs LCD et une set-top box. Là encore, les tarifs ne seront pas particulièrement accessibles.

sony google tv 

400 dollars : c’est la somme qu’il faudra débourser pour la set-top box de Sony. On retrouve tous les composants de celle de Logitech, avec la même architecture matérielle centrée sur un processeur Atom. Par contre, et c’est là toute la différence, Sony a joué la carte de la convergence. Ainsi, sa set-top box contient un lecteur Blu-ray. Intéressant pour ceux qui souhaitent s’équiper en conséquence, mais nettement moins pour les utilisateurs qui possèdent déjà un tel lecteur.

sony google tv sony google tv 

Sony propose également quatre téléviseurs LCD intégrant le service. Le prix dépend de la diagonale de la dalle :
  • 24 pouces : 600 dollars
  • 32 pouces : 800 dollars
  • 40 pouces : 1000 dollars
  • 46 pouces : 1400 dollars
Tous ces équipements seront mis en vente dès samedi sur le site SonyStyle.com.

Voici pour rappel les fonctionnalités du service Google TV :
  • Une recherche universelle permettant de trouver du contenu. Il suffit de taper de ce que l’on souhaite voir, et Google se charge de présenter les sources disponibles. D’un clic, on peut également basculer en recherche classique sur le web.
  • Le web devient une chaine parmi d’autres. L’accès se fait via le navigateur Chrome, épaulé par le plug-in Flash 10.1
  • Une série d’applications sera présente dès la base lors de la commercialisation de la Google TV. On y retrouvera ainsi Netflix, Twitter, CNBC, Pandora, Napster, NBA Game Time, ou encore Amazon Video On Demand. À partir de l’année prochaine, les développeurs pourront proposer leurs propres applications sur l’Android Market.
  • Les téléphones Android et les iPhone pourront servir de télécommandes pour la Google TV.
  • Sur les téléphones (sans doute Android uniquement), on pourra basculer ce que l’on regarde sur la Google TV. Cela peut concerner aussi bien un site qu’une vidéo, en passant par l’écoute d’une musique.
  • L’accès aux séries, via Netflix (8,99 dollars par mois) ou Amazon (99 cents pour une location d’épisode). Selon Google, 40 000 épisodes seront disponibles.
  • Une version spécifique de YouTube dédiée à la télévision. La plupart des vidéos seront diffusées directement en HD si ce mode est disponible.
  • La possibilité de regarder du contenu et d’aller sur le web en même temps. Par exemple, on pourra regarder une émission et vérifier les nouveaux tweets de ses contacts.
  • La possibilité de configurer une page d’accueil qui s’ouvrira à l’allumage de la télévision. L’utilisateur pourra y afficher ses chaines préférées, certaines applications, des podcasts ou encore des marque-pages pour les sites web.
  • Lorsque certains contenus intéressent l’utilisateur et qu’il n’a pas le temps de les regarder, il peut les envoyer dans la file d’attente. Google Queue garde en mémoire une liste des programmes, mais pas seulement, puisque les sites web, vidéos, podcasts et autres sont pris en charge.
  • Possibilité de créer une station radio personnelle depuis Pandora ou d’écouter de la musique via Napster. Via Chrome et le plug-in Flash, il devrait être possible d’accéder à d’autres services, tels que Deezer.
  • La compatibilité avec les différents services d’hébergement de photos, tels que Flickr et Picasa.
  • Les mises à jour Google TV se feront automatiquement
Publiée le 13/10/2010 à 11:45 - Source : Sony
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité