HTML5 : le W3C recommande la prudence

Pour les applications web, utilisez Flash ou Silverlight 186
html5 testTandis que la guerre des navigateurs reprend de mille feux et que chacun sort ses armes, on en viendrait presque à oublier que le principal terrain de bataille est encore instable et pourrait au final se révéler traitre. On parle bien du HTML5 et de la manière dont Microsoft, Apple, Google, Mozilla et Opera se battent à grands renforts d’annonces sur le sujet. Et le W3C, en charge de sa normalisation, rappelle que trop d’éléments sont encore en travaux, et qu’il faut raison garder.

Étrangement, le dernier acteur impliqué dans cette guerre à avoir rappelé que le HTML5 n’était qu’une norme en cours de construction est Microsoft. Durant la conférence de lancement de la bêta d’Internet Explorer 9 à San Francisco, nous avions demandé à l’un des responsables comment le navigateur sera mis à jour. La question était en effet de savoir comment le navigateur maison allait se battre face à des concurrents qui font très régulièrement des mises à jour. Réponse de l’éditeur : le HTML5 est loin d’être finalisé, et la décision reste donc en suspens.

C’est essentiellement le message du W3C. Par la voix de Philippe Le Hegaret, le Consortium a en effet fait savoir que l’implémentation qui était faite actuellement des fonctionnalités et des API n’était pas très prudente, et que cela ne justifiait pas encore que les développeurs web se précipitent dessus. Le responsable a indiqué à nos confrères d’InfoWorld que le HTML5 était bien un « game changer », c’est-à-dire une technologie capable de réellement modifier la donne et le visage du web. Mais...

Mais voilà, il manque encore trop d’éléments, notamment tout ce qui concerne le codec vidéo choisi comme standard, le support des DRM et les outils d’authoring. Ce qui lui fait dire que les applications web devraient encore, si possible, être développées avec des technologies telles que Flash et Silverlight. Une telle déclaration ne va pas faire le bonheur de certains acteurs, en particulier Apple. La firme de Cupertino mise en effet toutes ses billes sur le HTML5 et essaie de chasser Flash. C’est ainsi que le fameux plug-in est absent d’iOS, et donc des iPhone, iPod Touch et iPad.

Toujours selon Philippe Le Hegaret, le HTML5 devrait être terminé d’ici la moitié de l’année prochaine. Cela ne signifiera pas pour autant que les choses s’arrêteront là. Il faudra en effet encore deux ou trois ans pour que la norme en devienne effectivement une. Une fois que ce sera le cas, tous les problèmes ne seront pas non plus terminés. Si l’implémentation des fonctionnalités devra se faire sur une base unique, ce n’est pas pour autant qu’Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari, Opera et les autres auront le même degré de support. Les développeurs web se casseront sans doute la tête lors de la conception des sites.
Publiée le 07/10/2010 à 11:54 - Source : Infoworld
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité