Windows Slates : les plans de bataille dévoilés le 11 octobre

Décidément, quelle journée 34
Lundi prochain, Microsoft tiendra dans diverses villes des évènements dédiés à Windows Phone 7. Il s’agira du lancement officiel, la disponibilité intervenant 10 jours après, le 21 octobre. Mais cette date du 11 octobre pourrait servir à une autre annonce : celle des tablettes de type ardoise et fonctionnant sous Windows 7.

hp slate pc tablet

Il ne s’agira pas exactement de présenter des modèles et de les commercialiser dans la foulée. Microsoft devrait par contre éclaircir la stratégie au niveau de ces tablettes un peu particulières. On se rappellera que durant l’été, le PDG Steve Ballmer avait été interrogé sur la disponibilité de ces ardoises, et il avait alors répondu : « Quand elles seront prêtes ». Une réponse qui n’engageait effectivement à rien.

Pour bien comprendre la problématique des ardoises, il faut considérer l’iPad. Qu’on le veuille ou non, Apple a braqué l’attention du public sur un nouveau type de tablette, débarrassé de tout système d’entrée physique pour basculer sur le tout tactile. Une ardoise se caractérise également par une faible épaisseur, un poids limité et une bonne autonomie. Or, si le concept n’était en réalité pas novateur, l’iPad se présente comme un ambassadeur d’un objet auquel le public va s’habituer. Un secteur que la concurrence ne peut plus ignorer, d’où une guerre qui se prépare et des armes qui s’affutent, et pas seulement chez Microsoft.

Les ardoises dont parlera l’éditeur auront la particularité de fonctionner sous Windows 7. Ce sera une différence énorme vis-à-vis de l’iPad et même des tablettes sous Android. Pourquoi ? Tout simplement parce que Windows 7 est un système d’exploitation complet, ce qui n’est pas le cas d’iOS ni d’Android. Il ne s’agit en particulier pas d’un système destiné au monde mobile, mais aux ordinateurs fixes, ce qui aura nécessairement des avantages et des inconvénients.

On sait que Microsoft travaille plus ou moins en secret avec un certain nombre de constructeurs sur des projets d’ardoises. La grande question sera de savoir ce que la firme prépare concernant les interfaces. La situation n’est pas simple : Windows 7 en tant que tel gère effectivement le multitouch, mais son interface n’est pas adaptée à cette utilisation. Il faut donc en créer une capable de convenir aux utilisateurs tout en leur donnant accès à un maximum de fonctionnalités. Si une ardoise ne présente qu’un Windows 7 classique, beaucoup risquent de passer leur chemin, car une telle interface ne sera pas réellement simple à manipuler. Il n’y a qu’à penser à Word et imaginer appuyer du doigt sur les contrôles de l’application.

On touche ici à l’avantage crucial des systèmes tels qu’iOS, Android ou encore webOS. Ils ne peuvent peut-être pas faire tout ce qu’un Windows classique est en mesure d’accomplir, mais ils sont pensés pour ce but particulier : des interfaces tactiles et des contrôles adaptés à l'utilisation au doigt. Windows 7 va donc être adapté.

Un des éléments les plus intéressants donnés par Steve Ballmer lors de la conférence Tech Days au Royaume-Uni : le Windows 7 actuel est bel et bien modifié avec les ardoises comme cible. On ne parle pas ici d’un changement trop important, mais d’une adaptation qui devrait aider les constructeurs à concevoir des projets complets : « Nous n’allons pas faire une rénovation majeure de Windows 7 pour les applications d’ardoises, cela arrivera dans la prochaine version, Windows 8 ». De là, de très nombreuses hypothèses peuvent être déduites du développement actuel de Windows 8, pour lequel Microsoft n’a encore rien dit de précis.

Les plans de Microsoft semblent actuellement de faire arriver les premières ardoises Windows 7 pour la période des fêtes de fin d’année, mais on devrait en savoir beaucoup plus dès lundi prochain.
Publiée le 05/10/2010 à 16:11 - Source : Neowin
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité