Édito : Internet serait-il en train de régresser ?

Plus cher, plus limité, plus bridé ? 170
L’informatique et Internet sont des secteurs où tout évolue rapidement. Les vitesses augmentent, les services se multiplient, et les prix baissent. Tout du moins à moyen et long terme. Mettons de côté les fluctuations de tarifs à court terme, notamment dans le secteur de la mémoire.

Bien entendu, l’histoire de ces secteurs nous ont parfois prouvé que certains constructeurs repoussaient un nouveau produit parce que l’actuel s’écoulait encore comme des petits pains (Nintendo a déjà, il me semble, repoussé la sortie d’une GameBoy pour cette raison).

On a aussi assisté à des guerres de produits et de protocoles, pour finalement voir le moins bon techniquement, mais le meilleur commercialement, remporter la bataille… (ces 30 dernières années, les exemples sont nombreux)

Mais globalement, tout de même, tout est tiré vers le haut. Sauf les prix, qui diminuent à qualité égale. Nous assistons pourtant une situation inverse dans le secteur du Net. Non seulement après une stagnation des prix – hors offres spéciales – nous allons subir une augmentation de prix des forfaits, mais de plus, le filtrage du réseau n’est pas loin.

 neutralité interet orange

S’il n’y a pour le moment pas de filtrage par protocole (bien que des abonnés connaissent parfois des lenteurs incroyables sur certains protocoles, et cela depuis plusieurs années), il faut rester sur ses gardes, cela peut encore arriver. Adieu alors la neutralité du Net.

Cependant, quitte à parler d’un Internet bridé, nous pourrions aborder l’accès à Internet via mobile. Ultra castré et finalement limité qu’aux web, emails et logiciels de messagerie instantanée, « l’Internet » mobile est totalement bloqué au niveau des autres protocoles : P2P, Newsgroups, VoIP, etc. Seule la VoIP tend enfin à s’ouvrir depuis cette année, mais tout le monde n’est pas concerné, loin de là. Et ne parlons pas des quotas de téléchargement…

La vision biaisée du Net par un utilisateur mobile

Si l’on peut comprendre les raisons de ces castrations – régulation des quantités de données – il n’empêche que concrètement, ceux passant du Net fixe au Net mobile ont rapidement senti la différence… Pire encore, imaginez ceux ayant utilisé toute leur vie Internet uniquement via mobile. Pour eux, non seulement l’Internet est limité en quantité de données transférables (même si la plupart ne s’en rendent pas compte), mais pire que tout, Internet est égal au Web, ce qui est totalement faux. Certes, le grand public ne fait généralement pas la différence d’un point de vue du vocabulaire, mais plus qu’un recul technique, nous remarquons donc aussi une forme de recul idéologique. Internet est multiple et est loin de se contenter du Web. Ce dernier a d’ailleurs été créé bien longtemps après Internet.

Sauf surprise, le futur ne s’annonce donc pas rose pour l’Internet français. Même les tarifs de la fibre pourraient bien réserver des surprises. Et si Free tente de garder des tarifs similaires entre l’ADSL et la fibre, nous savons que la concurrence est loin d’être sur la même longueur d’onde…

Bien entendu, certains noteront qu’à débit égal, les tarifs seront bien moindres, et que les services n’auront rien à voir (hors filtrage éventuel de protocoles). C’est vrai. Mais nous sommes aussi habitués à des évolutions rapides et plus ou moins constantes dans le secteur informatique. Et pendant un temps, Internet a semblé suivre une courbe plus franche encore. Or avec l’explosion de la consommation des débits (que ce soit sur les lignes fixes ou mobiles), les opérateurs semblent avoir du mal à suivre les besoins des abonnés, sans parler des différents lobbies et groupes politiques souhaitant un Internet plus régulé, contrôlé. Limite à la Chinoise en somme. Voire pire.

Quoi qu’il en soit, il faut rester vigilant. Dans le cas contraire, il sera inutile de vous plaindre si vous assistez à une régression du secteur.

Vous et la musique

Mardi, nous avons publié un graphique amusant comparant la consommation de la musique en 1990 et en 2010. Et vous, comment abordez-vous la musique ?

Peut-être écoutez-vous la musique à la radio, ou sur le Web. Peut-être avez-vous Pandora ou un équivalent en favoris. Peut-être utilisez-vous souvent Shazam ? Deezer/Spotify vous accompagnent peut-être partout où vous allez. Vous achetez peut-être de la musique via des sites comme iTunes/Amazon MP3/Qobuz, ou tout simplement chez un disquaire. Vous aimez faire des recherches sur vos groupes favoris et les écouter/regarder sur YouTube et Dailymotion.
Publiée le 18/09/2010 à 00:00
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité