Édito : hausse de la TVA sur les FAI, quelles conséquences ?

Ben en fait, peut-être pas grand chose (ou pas) 100
La probable augmentation de la TVA sur les offres des FAI proposant un service de télévision (souvent du triple-play donc) pourrait-elle avoir des conséquences bien plus importantes qu’une simple augmentation de tarifs ? Si pour l’UFC-Que Choisir, cela bouleversera l’équilibre du marché et poussera les FAI à segmenter leurs offres (ce qui est déjà un peu le cas en fait, hormis chez Free), nous pouvons aller plus loin. Par exemple : et si cela accélérait le déclin de la télévision ?

Triple-play baseball
Hausse de la TVA : un coup dur pour le triple-play français ?

Nous pouvons en effet partir du postulat qu’hormis peut-être les foyers familiaux (et encore), énormément d’abonnés placent la télévision en troisième position parmi les trois services proposés dans leur forfait triple-play. La plupart des abonnés ont la télévision parce qu’elle est inclus dans le forfait, et non parce qu’ils la souhaitent ardemment. En somme, opter pour du double-play (voire juste Internet seulement) ne changera pas grand-chose à leur vie quotidienne, et s’ils n’ont pas de tuner TNT et ont tout de même besoin d’un contenu télévisuel, au pire, il y a… Internet.

Aujourd’hui, la plupart des chaînes françaises proposent leurs contenus en décalé sur leur site durant au moins une semaine : TF1, les chaînes de France Télévisions (sur Pluzz.fr), M6 et W9 (sur M6 et W9 Replay), Canal+, Arte, etc. On retrouve même certains contenus en direct (notamment les chaînes d’information). Et les séries US sont de plus en plus disponible légalement 24h après leurs sorties. Au pire, YouTube, Dailymotion, WAT TV et les autres sites du genre proposeront tôt ou tard une partie du contenu voulu.

Et encore, il existe d’autres voies, même si pas toujours des plus légales. Nous pouvons ainsi rajouter à la liste des solutions les sites de streaming proposant des programmes en direct (comme Ustream), les flux des chaînes étrangères, et tout bêtement les internautes enregistrant les programmes pour les partager ensuite. En somme, recevoir la télévision par ADSL, câble ou fibre est loin d’être indispensable. Très loin.

Or si selon les dernières statistiques, près de quatre français sur cinq regardent la télévision au moins une fois par jour (en moyenne), pour environ 3h30 de visionnage quotidien (toujours en moyenne), nous savons aussi qu’Internet prend une part de plus en plus importante dans les foyers. Et même si surfer sur la toile tout en regardant la télévision (sur son téléviseur) est un geste de plus en plus fréquent, entre la télévision qui ne propose que la télévision, et Internet qui propose tous les médias à la fois (plus son contenu souvent exclusif), qui est le plus dispensable ?

Nous pouvons alors imaginer sans peine une explosion du nombre d’abonnés aux offres simple et double-play. Si certains services liés à la box et aux FAI disparaitront automatiquement (seul réel point négatif), il faut aussi (et surtout ?) prendre en compte l’aspect financier.

Mais les FAI vont-ils l’entendre de cette oreille et laisser leurs abonnés opter pour des offres moins onéreuses ? Les offres simple et double-play actuelles ne sont en effet pas forcément exceptionnelles, sachant qu’un abonnement à France Télécom est souvent obligatoire dès lors que l’on parle de dégroupage partiel (et non total). Les offres à ce jour :
Notons qu’Orange propose ses offres double-play au même tarif que le triple-play. Si la hausse de la TVA sur la partie TV devait avoir lieu, il serait étonnant qu’il n’y ait pas de modifications…

En somme, aujourd’hui, les offres double-play sont bien cachées (voire supprimées, alors qu'elles étaient plus nombreuses il y a encore quelques mois) et sont loin d’être très intéressantes, au contraire des offres simples (Internet seul), qui nécessitent cependant un abonnement à FT. Résultat, il convient, pour le moment tout du moins, de relativiser la nouvelle : passer d’une offre triple-play à une offre sans télévision ne vaudra peut-être pas le coup financièrement…

Sauf sur un point important, et il faudra alors sortir sa calculette. Qui dit abandonner la télévision (techniquement, et matériellement bien sûr) dit aussi ne plus payer la redevance TV, soit 121 € en 2010, et probablement plus à l’avenir.

La recette finale pour l’abonné n’étant pas attaché à la télévision, sera donc de trouver la meilleure offre des FAI, tout en calculant bien les différentes conséquences que cela peut avoir sur la téléphonie et la redevance.

D’un autre côté, les FAI ne vont certainement pas laisser partir leurs abonnés si facilement. Les « bloquer » en ne proposant pas d’offre double-play compétitives sera l’une des « solutions ». Qui plus est, n’augmenter le forfait que d’1 ou 2 € tout en maintenant le niveau de service actuel, voire en proposant d’autres services, aidera peut-être à faire passer la pilule… Une augmentation d’1 ou 2 € n’aurait en effet rien de scandaleux.

Une hausse plus conséquente, par contre, aura certainement des effets plus importants… À moins que les abonnés restent les bras croisés et se contentent d’investir dans de la vaseline. Ce qui est tout aussi possible…

Le passage de la TVA à taux réduit à taux plein aura quoi qu’il en soit des conséquences intéressantes à analyser, ne serait-ce qu’en terme de stratégie (des FAI) et de calculs (des abonnés). 
Publiée le 11/09/2010 à 00:00
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité