10 arrestations et 48 sites pirates fermés suite aux raids de la police

Sous-marin touché. Coulé ? 60
Hier, une opération policière paneuropéenne procédait à des saisies et des arrestations dans le monde de la scene warez (groupes spécialisés dans la récupération et la mise en ligne de contenus piratés). Les sources annonçaient que 14 pays européens étaient impliqués, sans citer la France. Aujourd'hui nous savons que des opérations ont bien eu lieu sur le sol français.

bataille navale

Les pays touchés seraient la Belgique, la France, la Suède, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, la Croatie, la Suisse, l'Autriche, la République Tchèque, la Norvège et la Hongrie. Le communiqué officiel de la police fédérale belge ne cite cependant pas la Suisse, ce qui porterait le total à 13 pays. Un autre communiqué officiel, celui de la police suédoise, cite pourtant bien 14 pays.

L'opération visait la scene proposant des films et séries en langue néerlandaise, ou sous-titrés en néerlandais. 48 top sites (sites spécialisés dans les contenus piratés de première main, parfois avant même avant leur sortie officielle) auraient été fermés, plusieurs serveurs saisis, et 10 arrestations, dont 5 en Belgique, ont été annoncées. Lors d'une conférence de presse hier, le procureur Pintér confirmait que 4 autres personnes avaient été interrogées en Suède, sans préciser si elles avaient été arrêtées.

Le communiqué de la police belge explique qu'après deux ans d'enquêtes, quatre releases groups ont été identifiés, responsables de 80 % des contenus piratés en langue néerlandaise. La police estime la perte provoquée pour l'industrie à 30 millions d'euros en Belgique, et jusqu'à 6 milliards dans le monde. Le communiqué n'explique pas si ces chiffres sont par an ou au total, ni quelle méthode a été utilisée pour les calculer.

Le site TorrentFreak a utilisé ses nombreux contacts dans le monde du peer-to-peer et de la scene pour recenser les sites fermés. 7 auraient été déjà identifiés, parmi les plus importants. Les suédois BAR et SC, ainsi que LOST en République Tchèque. Plusieurs autres sites ont fermé par prudence, certains définitivement, effrayés par ce déploiement de force.

L'opération semblait donc bien viser la scene et ses top sites, et non les sites de P2P. Malgré tout plusieurs sites de torrent sont hors ligne aujourd'hui, dont The Pirate Bay, qui a des problèmes depuis hier (depuis la perquisition chez un de ses FAI). Le site connait toujours quelques soucis à l'heure où nous tapons ces lignes, même si certains internautes semblent pouvoir y accéder (mais pas la rédaction de PCI). Les deux évènements ne sont pas liés a priori.
Publiée le 08/09/2010 à 16:11
Publicité