S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

RSF dénonce les diffusions irresponsables de Wikileaks

92 000 erreurs

Dans une lettre ouverte publiée à l’attention de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, RSF fustige la publication par le site de 92 000 documents relatifs à la guerre en Afghanistan. Si Reporters sans frontières reconnaît que Wikileaks « a, par le passé, fait œuvre utile en mettant à la disposition du public américain et international des informations révélant les très graves atteintes aux droits de l’homme et aux libertés publiques commises sous l’administration Bush au nom de la “guerre contre le terrorisme” », cette publication de masse serait cette fois totalement irresponsable.

flattr wikileaks

« Pour vous justifier, vous avez déclaré qu’il s’agissait de “mettre fin à la guerre en Afghanistan” ou encore écrit que “des fuites ont changé le cours de l’Histoire ; qu’elles peuvent le changer au jour le jour et qu’elles peuvent nous conduire à un avenir meilleur”. Que le gouvernement des États-Unis subisse d’importantes pressions et soit questionné sur le bien-fondé de la présence militaire américaine en Afghanistan ne date pas de la publication de votre article. Nous ne sommes pas certains que votre souhait de “mettre fin à la guerre” soit exaucé dans ces conditions et en attendant, vous avez fourni malgré vous une bonne raison à des États réputés démocratiques de surveiller Internet de plus près. »

Selon RSF, la divulgation de l’identité de centaines de collaborateurs de la coalition en Afghanistan « est lourd de danger » car dorénavant, « les Talibans et d’autres groupes armés peuvent établir sans difficulté, à partir de ces documents, une liste noire de personnes à abattre et mener des vengeances meurtrières ».

La méthodologie de Wikileaks n’est pas en reste, ce qui entamerait sa « crédibilité ». « Un travail journalistique implique une sélection de l’information. L’argument par lequel vous vous défendez, selon lequel l’équipe de Wikileaks n’est pas composée de journalistes, n’est pas convaincant. Wikileaks est un média et, à ce titre, soumis aux règles de responsabilité de publication, comme tous les autres. »

Jean-François Julliard, Secrétaire général de Reporters sans frontières et Clothilde Le Coz, Représentante de RSF à Washington DC rappellent que depuis des années, l’organisation pour la liberté de la presse « milite pour que la législation fédérale sur la protection des sources dite “Loi bouclier” soit non seulement adoptée, mais appliquée sans discrimination aux médias traditionnels comme aux nouveaux médias Internet. C’est pourquoi nous condamnons toute forme de harcèlement envers les contributeurs ou informateurs de Wikileaks de la part des autorités ou des services d’immigration, comme récemment le chercheur Jacob Appelbaum. Nous dénonçons également le traitement à charge infligé par les autorités militaires au soldat Bradley Manning, que l’on soupçonne de vous avoir transmis la célèbre vidéo de la tuerie de Bagdad. Cependant, vous ne pouvez revendiquer le bénéfice de la protection des sources et renier au même moment votre qualité de média par opportunisme ».

RSF craint ainsi une vague de nouvelles représailles à l’encontre de ceux qui « risquent leur liberté et parfois leur vie pour l’information sur Internet. Une telle imprudence met en danger vos propres sources et au-delà, sur l’avenir d’Internet en tant que support d’information. Au jour d’aujourd’hui, 116 net-citoyens sont en prison dans une dizaine de pays, parfois pour un simple commentaire sur la Toile. Pouvez-vous concevoir la même situation au pays du Premier amendement ? »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 13/08/2010 à 15:39

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;