S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Neutralité du Net : Google nie vouloir payer Verizon

Verynon

Hier un article du New York Times expliquait que des sources proches des deux entreprises avaient communiqué au journal le contenu d'une négociation entre le FAI Verizon et Google. Ces négociations porteraient sur la prioritisation des contenus de certains fournisseurs, en échange d'une rémunération, moyennement compatible avec le principe de la neutralité du Net.


Google Chine gerbes fleurs

Les entreprises ont toutes deux réagi à la pluie de critiques provenant des associations de défense des internautes et de la presse spécialisée, et ont nié certaines des informations du New York Times. Malheureusement pas les bonnes.

Google nie vouloir payer Verizon

D'abord le moteur de recherche, qui a réagi en premier sur un de ses comptes Twitter, pointé par The Internets :

google verizon

Le tweet dit : « @NYTimes a tort. Nous n'avons eu aucune réunion avec Verizon concernant le fait de payer pour le transport de notre trafic. Nous restons engagés en faveur d'un Internet ouvert ». Donc le moteur de recherche ne veut pas payer de FAI, mais... ne dit rien sur le fait de prioritiser le contenu (à condition qu'Internet reste "ouvert", apparemment).

Mais le New York Times persiste et signe


Diane McNulty, la porte-parole du journal, a expliqué : « nous soutenons notre article, qui est basé sur des informations provenant de sources en position de connaitre ces conversations. Le commentaire de Google à propos de l'article du NYT réfute quelque chose que l'article ne disait pas ».

Pour le coup les deux protagonistes jouent sur les mots, puisque le premier paragraphe l'article en question dit : « Google et Verizon [...] se rapprochent d'un accord qui permettrait à Verizon d'accélérer les contenus en ligne pour les utilisateurs, si le créateur de ces contenus est prêt à payer pour ce privilège ». Effectivement, jamais il n'affirme que c'est Google qui paiera Verizon, mais cela a pu être compris comme ça. Surtout Google ne répond pas sur le fond : y a-t-il des négociations pour mettre fin à la neutralité du réseau ou pas ?

Verizon nie que ces négociations portent sur un « accord commercial »

Pour continuer sur les dénégations un peu à côté de la plaque, David Fish, le directeur des relations média de Verizon, a posté un court article sur le policy blog de l'entreprise :

« L'article du NYT à propos de nos discussions avec Google fait erreur. Il ne comprend vraiment pas notre but. Comme nous l'avons dit plus tôt dans notre contribution à la FCC, notre but est un cadre législatif pour Internet qui assure l'ouverture et la responsabilité, tout en incluant certaines autorités de la FCC, et maintenant les investissements et l'innovation. Suggérer qu'il s'agit qu'un arrangement commercial entre nos deux entreprises est entièrement incorrect. »

Les commentaires à cet article demandant plus de précisions sont d'ailleurs superbement ignorés.

Les négociations entre Google et Verizon sont donc très officiellement confirmées, mais porteraient plutôt sur une position commune des entreprises dans les négociations qui ont cours avec la FCC sur la neutralité du Net. Rappelons-le, la neutralité a été dynamitée par un juge de Washington DC au début de l'année. Depuis, le régulateur des télécoms américains discute avec les acteurs du secteur pour trouver un compromis, et tente en même temps de rétablir son autorité par des voies légales.

Donc aucune des deux entreprises ne contredit explicitement que leur position commune puisse inclure une prioritisation des contenus, contre rémunération. Et si le couple Verizon/Google défend une telle position, les chances de rétablir une neutralité parfaite pourraient disparaitre.

La FCC annule les négociations

Face à ces concertations privées entre deux parties de la négociation générale, la FCC a décidé d'annuler les conversations privée qu'elle menait avec certains acteurs du web, rapporte le Wall Street Journal. Cette discussion incluait Google, AT&T, Verizon, Skype, NCTA, et The Open Internet Coalition.

Les sources du journal indiquent que les négociations ont été annulées brusquement, le lendemain de la révélation de l'accord Google/Verizon. Les responsables de la FCC seraient très énervés contre Google et Verizon, surtout au vu de ce qui a filtré de l'accord. Surtout que selon le WSJ, les associations de consommateurs dénonçaient depuis six semaines ces discussions en portes closes entre lobbyistes, dans le but de trouver un compromis.

De telles négociations violaient, selon les associations, les principes d'ouverture et de transparence défendues par le président Obama, et nécessaires à une régulation d'Internet acceptée par tous. Ce sont finalement les lobbyistes eux-mêmes qui ont donné à leurs adversaires des bâtons pour se faire battre.
Publiée le 06/08/2010 à 11:03

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;