Google met fin à son service Wave

Les cendres serviront à fertiliser d'autres terres 168
Quand Google a lancé son service Wave, beaucoup ont applaudi la performance technique que cela sous-entendait. Des communications en temps réel, avec témoin d’activité, partage de fichiers multimédia ou encore glisser/déposer d’éléments depuis le bureau : de nombreux aspects étaient novateurs. Seulement voilà, les choses ne se sont pas passées comme prévues, et Google a décidé de proclamer la mort de Wave.

google wave

La principale raison est que le service n’a tout simplement pas assez été adopté. Certes l’ensemble était une version bêta continuelle, mais elle avait reçu de nombreuses améliorations, en particulier sur le plan des performances. Les entreprises avaient la possibilité de bâtir des solutions entières basées sur Wave, mais peu ont finalement montré leur intérêt. Il faut dire que par bien des aspects, le service était novateur. Un peu trop sans doute, beaucoup n’ayant pas compris les possibilités.

Toutefois, comme n’importe quel projet de cette ampleur, Wave ne meurt pas en redevenant poussière. Comme à l’époque avec WinFS chez Microsoft, dont les morceaux avaient été repris notamment dans SQL Server, plusieurs parties de Wave seront reprises pour d’autres services de Google, bien que la firme n’ait pas indiqué lesquels.

Il est important également de préciser qu’un grand nombre d’éléments, notamment le code central du service, ainsi que les protocoles, sont accessibles en open source et vont le rester. Il sera dans tous les cas intéressant de voir comment Google utilisera les restes de Wave pour améliorer le reste. On attend notamment une mise à jour fonctionnelle de Gmail, dont l’interface commence un peu à dater.
 
Le site actuel de Wave restera en ligne jusqu'à la fin de l'année.
Publiée le 05/08/2010 à 12:14 - Source : Google
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité