Internet Explorer dégringole en Europe et se rapproche des 50 %

Et Chrome en profite 141
AT Internet (ex-Xitimonitor) vient de publier une étude sur les navigateurs, sur un périmètre de 15 467 sites internet dans 23 pays. Et comme bien d’autres études sur ce sujet, la conclusion est similaire : l’utilisation de Microsoft Internet Explorer ne cesse de reculer.

« Le navigateur perd ainsi plus de 8 points en part de visites en moyenne pour un site web en Europe entre juin 2009 et juin 2010 » note AT Internet. 8,4 points (précisément) en seulement 12 mois est une perte très importante, même si le butineur de Microsoft reste toujours leader du marché.

Plusieurs raisons expliquent cette chute brutale :
  1. Les mauvaises ventes de Vista, en partie compensée par Windows 7 toutefois
  2. Les très bonnes ventes de Mac, qui ont permis à Safari de gagner quelques PDM
  3. La publicité de Google pour son navigateur Chrome
  4. L’écran de sélection de navigateurs (Ballot Screen) désormais présent dans de nombreux Windows
  Bien évidemment, les 8,4 points perdus par IE ont été gagnés ailleurs. Celui qui a profité le plus de ce recul est sans contestation possible Google Chrome. Ce dernier, comme le montre le graphique ci-dessous, a en effet gagné au cours de la période 4,5 points, passant de 2,3 % de part d’utilisation en juin 2009 à 6,8 % en juin 2010. Firefox et Safari ne sont pas en reste, avec une part d’utilisation respective de 30,6 % (+2,3 points) et 5,7 % (+1,5 point). Opera, pour sa part, n’a grappillé que 0,2 point lors des 12 derniers mois, passant de 2,2 à 2,4 % de part d’utilisation.

AT Internet navigateur juin 2010

Deux autres enseignements sont à tirer de ces statistiques. Internet Explorer pourrait passer d’ici peu sous la barre des 50 % d’utilisation, ce qui serait historique. Google Chrome est devenu en un rien de temps le troisième navigateur du marché, et le possible essor des tablettes sous Android pourrait bien lui permettre d’atteindre des sommets rapidement.

Concernant Chrome toujours, AT Internet précise d’ailleurs que le deuxième trimestre 2010 lui a été très profitable, avec une hausse d’1,5 point, dont 0,6 point rien qu’entre mai et juin 2010. La faute à un recul incroyablement fort d’Internet Explorer au cours de cette période : -1,4 point en avril, -0,7 point en mai et -1,2 point en juin. Si en avril, le principal bénéficiaire de cette baisse a été Firefox (+0,7 point), c’est ensuite Chrome qui a pris le relais, avec une hausse d’1,1 point lors des deux mois suivants, contre seulement 0,3 point pour Firefox. Le tableau ci-dessous vous permettra de mieux cerner toutes ces évolutions.

AT Internet navigateur juin 2010

Enfin, notez que dans les quatre grands pays européens, les cinq principaux navigateurs connaissent des fortunes diverses. Le graphique ci-dessous nous montre ainsi qu’Opera ne connaît de succès qu’en Allemagne, que Firefox est loin d’être très apprécié au Royaume-Uni et en Italie, contrairement à la France et surtout à l’Allemagne, qui est le seul pays (parmi les 4) à placer le navigateur de Mozilla en première position. À l’inverse, Chrome est très peu utilisé outre-Rhin, contrairement aux trois autres pays. Et la présence de Safari outre-Manche est bien supérieure à celle de la France, l’Allemagne et l’Italie.

Quant à Internet Explorer, sa chute dans les quatre pays est impressionnante : -10 points en France, -10,6 points en Italie, -11 points en Allemagne et -12,4 points au Royaume-Uni.

 AT Internet navigateur juin 2010
Publiée le 23/07/2010 à 11:33
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité