S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Android 2.2 bien plus rapide qu'iOS 4 sur le JavaScript

Pour combien de temps ?

Depuis que la guerre des navigateurs a repris, avec l’arrivée initialement de Firefox face à Internet Explorer, le champ de bataille s’est élargi. De nouveaux concurrents sont arrivés, et le chapitre du respect des technologies du Web n’est plus le seul critère de choix. Les performances ont maintenant pignon sur rue, et pas seulement sur les ordinateurs classiques. Le débat se retrouve en effet sur les téléphones mobiles. Et dans ce domaine, c’est Android qui prend l’avantage.

La sortie de la version 2.2 est accompagnée d'un listing de nouveautés donné par Google sur les améliorations faites dans le système, nommé Froyo. Les performances étaient ainsi clairement mises en avant, notamment sur le JavaScript. Or, le navigateur intégré à Android se sert du moteur Webkit pour le rendu des pages Web, et ce n’est pas le seul : la version mobile de Safari, dans iOS, l’utilise également. D’où l’idée de comparer les performances sur les deux produits pour mesurer leur rapidité à traiter le JavaScript.

Toutefois, Apple et Google ont fait des choix différents pour la partie qui gère justement le JavaScript. Dans iOS 4, on trouve le moteur Nitro, tandis que c’est V8 qui s’en occupe sur Android. Nos confrères d’Ars Technica ont donc testé les deux, et la différence de performances est pour le moins visible :

ios android javascript

Ils ont utilisé les suites de tests V8 et SunSpider, et dans les deux cas Android 2.2 était loin devant iOS 4. Sur le premier, les performances sont environ quatre fois supérieures, tandis que sur SunSpider, il faut en moyenne deux fois moins de temps à Android pour effectuer les opérations qu’iOS 4.

Dans la pratique, ce n’est pourtant pas pour l’instant une horrible nouvelle pour les utilisateurs d’iPhone. L’interprétation du JavaScript se fait en effet tellement rapidement que les différences de performances ne sont guère perceptibles. Il ne faut pas oublier que le JavaScript ne représente qu’une portion du code à traiter sur un site, sachant que certaines pages n’en contiennent pas du tout.

Quoi qu’il en soit, on peut imaginer qu’Apple doit travailler sur une nouvelle version de son moteur qui lui permettrait de reprendre la première place dans le classement... Avant d’être détrôné par un concurrent. Dans tous les cas, l’utilisateur est le grand gagnant.
Source : Ars Technica
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 07/07/2010 à 17:21

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;