S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Flattr : quand le micro-paiement rapporte aux créateurs

Love is in the Flattr

flattr logo beta Nous vous en avions parlé lors de son lancement en février, le site de micro-paiements Flattr, créé par Peter Sunde, un des co-fondateurs de The Pirate Bay, repose sur un concept très intéressant. Les utilisateurs définissent tous les mois une somme qu'ils veulent donner aux auteurs des contenus qu'ils ont appréciés (articles, vidéos, œuvres artistiques...). Cette somme est ensuite partagée équitablement entre les créateurs, qui sont identifiés par un bouton cliquable "Flattr" présents sur leurs sites. Le site se rémunère avec une commission de 10 % sur les dépôts des utilisateurs (ce qui inclue la commission de PayPal).

Si un utilisateur a cliqué sur le bouton de 10 pages différentes dans le mois, et qu'il veut donner 5 euros, chaque créateur recevra donc 50 centimes. Le but est que les internautes choisissent eux même les contenus qu'ils récompensent. Pour résumer l'idée, le site propose une expression suédoise : « beaucoup de petits ruisseaux formeront une grande rivière »

Voici une vidéo sous-titrée en français expliquant l'idée :


Si le service est encore en bêta semi-fermée (les invitations sont simples à obtenir), le concept est déjà en train de prouver une certaine efficacité. Ainsi en Allemagne, où le service a été lancé en premier et qui a le plus d'utilisateurs, des testeurs rapportent des gains intéressants.

Le blogueur allemand Tim Pritlove révèle ainsi que pour le mois de juin, Flattr lui a rapporté 876 €. Il communique aussi les témoignages d'autres blogueurs, qui ont gagné entre 200 € et du site d'information taz.de, qui a gagné 988,50 € en juin. C'est surtout la progression des gains qui est impressionnante, puisque dans le cas de Pritlove, ils ont été quadruplés entre mai et juin en même temps que le service se répandait outre-Rhin.

En France le service arrive à peine

En France les internautes sont encore loin des Allemands. Le plus grand supporter du projet est Paul da Silva, ancien journaliste et maintenant blogueur. Il tient un site recevant 750 visites par jours, mais n'a touché que 9 € le mois dernier de Flattr. Malgré tout il reste convaincu, et nous a expliqué pourquoi il aime cette idée : « Sur Internet, on est tous des distributeurs de contenu, et la rétribution devrait être faite en fonction de ce que les gens aiment et non pas selon un modèle imposé ».

Sa vision est universelle, tous les types de contenus devant pouvoir être rémunérés. Il nous raconte par exemple qu'il a déjà "Flatté" (et donc donné de l'argent) un commentaire particulièrement intéressant et instructif sur son blog. Le modèle peut même sortir d'internet, et s'appliquer aux musées, à travers des tags lisibles par des smartphones par exemple.

Avec seulement 21 000 utilisateurs inscrits dans le monde, l'aventure de Flattr n'en est encore qu'à son commencement. Mais l'idéologie portée par le projet pourrait plaire aux internautes qui veulent récompenser directement les créateurs, et aux allergiques aux pubs et abonnements.
Publiée le 07/07/2010 à 14:58

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;