ICANN : L'extension .XXX revient sur les rails

Feu rose ! 39
A la réunion du board de l’ICANN à Bruxelles aujourd’hui, la création d’extension correspondant à la Chine, à Hong-Kong et à Taiwan a été décidée. Contacté par téléphone, Loic Damilaville de l’AFNIC, a participé à ces débats. Il nous souligne qu’il s’agit là « d’un moment historique et un jalon important dans le développement d'un internet véritablement multilingue ». Un processus qui a débuté voilà peu, quand trois pays (l'Egypte, les Émirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite) ont, en mai dernier et pour la première fois, enregistré un Domaine de Premier Niveau en alphabet non latin dans le serveur racine du DNS.

icm registry

Autre nouvelle du jour : l’ICANN va finalement ressortir le dossier de l’extension .XXX qui est en souffrance depuis plusieurs années. « Une extension placée dans un no man’s land depuis 2005 ». ICM Registry avait vu sa candidature retenue en 2005 pour la gestion de cette extension réservée au secteur de la pornographie. Une levée de boucliers du gouvernement américain avait cassé toutefois le plan commercial d’ICM Registry conduisant à un refus du board de l’ICANN. Les vives critiques du Family Research Council avaient porté ses fruits : l’association conservatrice estimait que cette extension ne serait qu’un moyen supplémentaire de « submerger les maisons, bibliothèques et la société de pornographie à travers les domaines XXX ». Pour cette association, « les pornographes vont profiter du .XXX pour doubler le nombre de sites Internet à caractère pornographique, puisqu'ils garderont leurs sites existants déjà sous d'autres extensions comme le .COM. [De plus] la création d'un espace officiel pour la pornographie peut également amener la justice à considérer le problème des contenus obscènes comme résolu, et donc à moins le combattre ».


La persévérance d’ICM Registray a payé : la société a obtenu d’un panel indépendant la reconnaissance du fait que la décision de rejet du board n’avait pas été suffisamment pesée en 2005. Du coup, « ce dernier revient sur la décision de 2005 et accepte d’entrer en négociation contractuelle avec ce candidat » nous précise aujourd’hui Loic Damilaville.

L’ICANN a donc finalement donné son feu vert - ou orange - pour négocier le contrat avec ce candidat au .XXX. Tout n’est cependant pas gagné puisque son dossier devra subir une série d’examens pour voir s’il est toujours éligible. Surtout, dans le compromis, il a été décidé que le Comité consultatif gouvernemental (Government Advisory Committee - GAC) devra vérifier et approuver les termes du futur contrat. Une étape qui pourra être complexe, les gouvernements étant sensibles aux questions touchant au fameux duo MoPo, (« morality and public order », la moral et l’ordre pubic). « Il y a des sensibilités hétérogènes par rapport à ces contenus » nous souligne le représentant de l’AFNIC qui constate néanmoins « une victoire de principe pour ICM : l’extension est de nouveau sur les rails ». 

La prochaine réunion du board de l’ICANN est prévue pour les 2 et 25 septembre prochains où les discussions continueront, notamment autour du Draft Applicant Guidebook, manuel encadrant les demandes des candidats à de nouvelles extensions. Une version définitive est attendue avant la fin 2010.
Publiée le 25/06/2010 à 15:39
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité