Édito : Les opérateurs veulent-ils la fin de l'odyssée d'Iliad ?

Et vont-ils y arriver surtout ? 273
Iliad, la maison-mère du fameux Free, est-elle en danger ? La question peut se poser. En effet, depuis maintenant une poignée d’années, Iliad est le seul groupe « pure player » du secteur de l’ADSL. Les autres FAI, Orange, SFR et Bouygues Télécom, sont tous aussi des opérateurs mobiles, cela n’aura échappé à personne.

La mainmise des opérateurs téléphoniques sur le Net

Free Xavier Niel 4e licence 3GUn changement important a par contre été opéré depuis 2009 : Free ne domine plus les débats. Si durant des années, Free a été l’alternative la plus choisie par les internautes, avec des taux de recrutement très élevés (surtout dans les zones dégroupées par Free), aujourd’hui, la situation est sans comparaison. Non seulement SFR domine largement les débats – avec plus du double de nouveaux abonnés au 1er trimestre par rapport à Free – mais pire que tout, Bouygues Télécom (Bbox) est désormais le deuxième FAI en termes de recrutement.

Pourtant très jeune sur ce marché – SFR y est présent depuis des années et l’acquisition de Neuf Cegetel a permis d’intégrer des abonnés, mais aussi de l’expérience – Bouygues, principalement grâce à son offre quadruple-play Ideo à 44,80 euros, cartonne.

Et Orange, qui a logiquement décliné face au succès des deux sociétés citées ci-dessus, recrute malgré tout plus que Free.

Free n'est pas avantagé

Pour Iliad, il y a donc un double problème. Tout d’abord, il ne peut, à l’heure actuelle, lutter à armes égales contre ses trois concurrents. Orange bénéficie d’une présence incomparable en France – certaines zones sont encore délaissées par la concurrence où Orange est le seul FAI valable – Bouygues propose Ideo et SFR, peut-être grâce à sa publicité supérieure à celle de Free et son fameux Rodolphe (bientôt remplacé), jouit d’une cote a priori meilleure que celle de Free. D’autant plus que le modèle économique de SFR est sensiblement le même que celui de la filiale d’Iliad, la société au carré rouge s’alignant notamment sur les services de Free, et même plus encore. Enfin, ce trio profite des centaines de boutiques dont ils disposent tous chacun à travers le pays.

L’autre problème, qui pourrait être résolu d’ici peu, c’est bien entendu Alice. Si Iliad a réussi en peu de temps à dégrouper massivement des Alicenautes et/ou à les transférer vers Free, le FAI bien connu pour sa jolie blonde perd encore et toujours des abonnés. Iliad a ainsi non seulement perdu sa locomotive Free depuis plus d’un an, mais Alice est devenu un boulet quasiment depuis son rachat (il y a deux ans).

alice free xavier niel résultats

La principale problématique pour Iliad est désormais le temps. Free Mobile ne sera pas opérationnel avant un an et demi (au mieux). Et même si,  imaginons, que Free Mobile soit « parfait » dès son lancement. Cela signifie que pendant un an et demi, Iliad devra serrer les dents comme jamais.

Iliad ne va pas ouvrir des boutiques du jour au lendemain, et son assistance de proximité, peu importe son étendue et son efficacité, n’aura jamais la même valeur aux yeux d'un abonné qu’une boutique physique. Bien sûr, Iliad ne proposera pas d’offre quadriplay avant de lancer Free Mobile (sauf surprise). Et étant dépendant financièrement à 99 % de l’ADSL, Iliad ne peut rogner sur ses marges, contrairement à ses concurrents, qui ont tous une voire plusieurs activités annexes à Internet pour vivre.

Aucune marge de manœuvre avant 2012

Iliad est en quelque sorte bloquée, et ses concurrents en sont plus que conscients. On peut alors se demander quel sera l’état du marché début 2012. Iliad, encore deuxième groupe derrière Orange il y a peu, s’est récemment fait doubler par SFR et pourrait bien être bien loin du détenteur de la Neufbox dans un an et demi. Bouygues, pendant ce temps là, devrait être proche du million d’abonnés s’il garde sa moyenne de recrutement actuelle. Et Orange restera pour plusieurs années encore le leader incontesté du marché, tant son avance est encore grande (près de 4,3 millions d’abonnés d’écart avec SFR).

Le pire étant qu’Orange a récemment diminué les tarifs de certains de ses abonnements, et qu’une annonce importante sera faite le 1er juillet prochain. SFR, à l’instar de sa récente offre avec 2h de communication vers les mobiles, proposera probablement quelques surprises dans les 18 mois à venir. Quant à Bouygues, son offre Ideo est pour le moment imbattable (surtout en zone dégroupée).

Seule porte de sortie, le très haut débit ? Même pas. Tout du moins, pas pour l’instant. Numericable capte, grâce à sa technologie FTTLA, la majeure partie des abonnés très haut débit, et Orange est le plus présent en matière de FTTH. Il faut alors espérer une explosion du marché ces prochains mois. Dans le cas contraire, le trio Orange/SFR/Bouygues pourrait bien tuer à petit feu Iliad…

Et après 2012 ? (la fin du monde, oui, on sait)

Notons de plus qu’une possible offre mobile à prix incroyable de la part de Free Mobile (ou une offre quadruple-play exceptionnelle) ne suffira peut-être pas à inverser la tendance négative actuelle. Aujourd’hui, sans engagement, Virgin Mobile propose pour 29,90 euros par mois 5h de communication, les SMS, Internet et les mails en illimités. Prixtel propose un forfait « illimité » en voix pour moins de 50 euros par mois. Et d’autres opérateurs virtuels proposent des tarifs assez intéressants. Il est bien sûr possible de faire mieux, et Iliad aura l’obligation de proposer des tarifs plus intéressants. Mais d’ici 2012, non seulement Orange, SFR et Bouygues Télécom seront sûrement légèrement plus intéressants (légèrement, car il ne faut pas pousser…), mais les MVNO seront eux aussi certainement plus agressifs, notamment grâce à des partenariats plus poussés avec le triumvirat actuel.

Orange, SFR et Bouygues Telecom pourraient donc mettre à terre Iliad. Dans leur tête et stratégie, Ils ont d’ailleurs déjà commencé, même si l'avenir réserve toujours des surprises.
Publiée le 12/06/2010 à 08:01
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité