(MàJ) Le câble reliant l'Europe à l'Afrique en construction

C'est la journée des mises à jour 194
Mise à jour : un récent article de La Tribune précise que la fibre optique d'Alcatel nécessaire à ACE « est notamment enrobée d'une résine qui l'isole de l'eau et d'une gaine en cuivre pour alimenter en électricité les répéteurs ». Au moins 200 répéteurs seront installés pour l'intégralité du système sous-marin.

La Tribune nous étonne néanmoins en dévoilant qu'Alcatel n'a commencé ses travaux que cet été, alors que les travaux ont pourtant débuté il y a un an selon France Télécom. ACE est cependant toujours annoncé comme opérationnel pour le premier semestre 2012.

 ----------------------------------

Mise à jour du 10 septembre 2010 : Orange, principal partenaire de ce câble qui devrait accélérer les débits des pays de la côte ouest de l’Afrique, a annoncé hier que les travaux ont bien commencé, depuis le mois dernier précisément.

« Les membres du consortium ACE (ndlr : Africa Coast to Europe) ont l’objectif de répondre aux besoins haut débit et de développer la connectivité en Afrique. ACE sera opérationnel le premier semestre 2012 » note l'opérateur français, très présent en Afrique.

ACE aura bien entendu des conséquences positives sur les lignes en Afrique même, mais aussi avec le monde entier tient à préciser France Télécom / Orange.

Pour rappel, ce fameux câble doit relier Penmarch (ville du Finistère, France) au Cap (Afrique du Sud), comme le montre très bien la carte ci-dessous.

----------------------------------

Ancien titre : Alcatel posera un câble en fibre optique reliant l'Europe à l'Afrique

Article du 9 juin 2010.


Alcatel-Lucent cable sous-marin France Afrique du Afin d’améliorer les débits du réseau des réseaux entre l’Europe et l’Afrique, le géant Alcatel-Lucent, en collaboration avec un consortium composé de 20 FAI dirigé par France Télécom (Orange), va être mis en place un système sous-marin long de 17 000 km.

Ce câble en fibre optique d’une capacité de 40 Gbps (5,12 Tbps à terme) reliera 23 pays, allant de Cape Town, en Afrique du Sud, à la ville de Penmarch, située en Bretagne. Cela concernera donc quelques pays situés dans le sud de l’Europe (la France, l’Espagne via Tenerife et le Portugal) mais aussi et surtout des pays africains, dont : la Namibie, l'Angola, la République Démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale, Sao Tomé et Principe, le Cameroun, le Nigeria, le Niger, le Mali, le Benin, le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Gambie, le Sénégal, et la Mauritanie.

Ce consortium, nommé ACE (Africa Coast to Europe), a signé un contrat avec Alcatel-Lucent pour la modique somme de 500 millions de dollars.

Les membres de ACE sont les suivants (par ordre alphabétique) : Baharicom Development Company, Benin Telecoms, Cable Consortium of Liberia, Orange Cameroun, Companhia Santomense de Telecomunicações, Côte d'Ivoire Telecom, Expresso Telecom Group, France Télécom, Gambia Telecommunications Company, International Mauritania Telecom, Office Congolais des Postes et Télécommunication, Orange Guinea, Orange Mali, Orange Niger, PT Comunicações, la République de Guinée Equatoriale, le Gabon, Sierra Leone Cable, Société des Télécommunications de Guinée et Sonatel.

Vous l'avez remarqué, Orange (France Télécom) est particulièrement présent et profitera donc grandement de ce futur câble sous-marin en fibre optique. Il participera d'ailleurs en grande partie à son financement.

« Ce nouveau système de réseau sous-marin avec une capacité de 40 Gbit/s intégrée parcourra 17 000 kilomètres et permettra une communication très haut débit à destination et en provenance du continent africain et de l'Europe » explique Alcatel-Lucent.

Ce réseau ne sera néanmoins pas opérationnel immédiatement. Alcatel-Lucent prévoit en effet une ouverture du service commercial le premier semestre 2012. Cela devrait permettre à certains pays africains de goûter à un vrai réseau haut débit, tandis que d’autres noteront une amélioration importante de leur connexion. Le tout à des tarifs « abordables » ?
Publiée le 04/08/2011 à 16:53
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité