La Chine publie un "livre blanc de l'Internet" et défend la censure

En Chine Internet reste cantonné aux pékins 40
Le Bureau de l'Information du Conseil d'État chinois a publié aujourd'hui (en anglais) un livre blanc intitulé « L'Internet en Chine ». Loin d'être un document interne, ce rapport est écrit comme s'il était destiné aux partenaires commerciaux de l'Empire du Milieu, leur expliquant en substance, pourquoi il leur faut arrêter de demander à ce pays d'arrêter de censurer le Net. En Particulier les États-Unis qui ont créé une commission d'enquête après l'affaire Google, et demandent depuis à la Chine de mieux respecter la liberté des internautes...

chine filtrage great firewall

La censure sert a protéger la liberté

Pour commencer, le rapport affirme que « les citoyens Chinois bénéficient d'une totale liberté d'expression sur Internet. La Constitution de la République Populaire garantit aux citoyens leur droit à la liberté d'expression ». Mais à la page suivante il nuance tout de même ce constat, puisqu'il explique que « Aucune organisation ou individu ne peut utiliser les réseaux de télécommunication pour mettre en danger la sécurité de l'État, l'intérêt public ou la liberté des autres citoyens ».

En particulier, Les « moyens techniques de protection [ndlr : donc de filtrage], qui respectent les lois nationales et les normes internationales, sont utilisés pour éviter et contenir les effets néfastes d'Internet sur la sécurité de l'État, l'intérêt public et les mineurs ». Selon le rapport ces lois permettent de censurer tous genres de propos néfastes pour le public, comme l'incitation à la haine raciale ou la mise en danger de l'unité ethnique de la Chine. Ce sont justement ces derniers arguments qui ont été utilisés contre les Tibétains pendant les émeutes de 2008.

On voit bien que de telles déclarations pour justifier la censure du Net pourraient être retrouvées dans n'importe quelle loi d'un pays démocratique, avec un risque de dérapages ou d'extension (bloquer les contenus pédophiles, pour s'attaquer aux autres branches illicites). La différence entre le projet français et le résultat chinois est évidemment, pour l'instant, la définition très particulière que la Chine apporte à la sécurité de l'État.

La Chine se connecte vite. Très vite.

Malgré cette censure, Internet progresse très rapidement dans le pays. Le gouvernement a en effet investi 525 milliards d'euros dans un réseau national de 8 267 millions de kilomètres de fibre optique entre 1997 et 2009. 91 % des villages ont du coup accès à Internet, et 96 % des villes au haut débit, toujours selon les chiffres officiels. Lancée en 2009, la 3G couvre également presque l'ensemble du pays.

Ces efforts apportent Internet à plus de 136 millions d'abonnements permettant à 384 millions de Chinois de se connecter, soit 28,9 % de la population. 50 % des entreprises ont une activité de eBusiness et même le eGouvernement se développe. Les différentes couches de l'administration (de centrale à locale) ont mis en ligne 45 000 portails pour partager leurs informations avec les citoyens et faciliter leurs démarches administratives.

En conclusion, on peut remarquer que les espoirs de ceux qui pensaient que le développement d'Internet dans ce pays allait forcément provoquer la fin de la censure gouvernementale se sont trompés. Il a au contraire permis une fantastique amélioration des techniques de filtrage, qui sont aujourd'hui de plus en plus enviés par les gouvernements mondiaux, et même chez des députés de pays démocratiques...
Par Jeff Publiée le 08/06/2010 à 12:21
Publicité