S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Google va transmettre les données Wi-Fi à la CNIL

Et à ses collègues allemandes et espagnoles

Lors d'une interview avec le Financial Times le PDG de Google Eric Schmidt a affirmé que son entreprise avait accepté de donner les données Wi-Fi collectées par erreur aux autorités de protection de la vie privée qui les réclament.

google cars

On se souvient du scandale qui avait éclaté quand Google a révélé avoir utilisé les voitures prenant des photos pour Street View pour collecter des données Wi-Fi. Si au début le Californien avait affirmé que seuls les SSID et adresses MAC des routeurs des réseaux à portée étaient collectés, il a dû par la suite admettre que l'affaire était plus grave. Google capturait en réalité les paquets transitant sur tous les réseaux ouverts passant à portée.

Eric Schmidt indique que son entreprise donnera dans un premier temps ces données à la CNIL, et à ses consœurs allemande et espagnole. La pression de certaines associations de défense de la vie privée des internautes - qui protestaient que donner ces données privées à un gouvernement ne pouvait qu'empirer le problème -, et les questions sur la légalité de cette action, ont donc été écartées ou résolues. Le fait que le représentant allemand ait parlé de faire ouvrir une enquête pénale contre Google (dont les patrons sont ultimement les responsables) a pu aider a faire avancer ce dossier.

Le PDG réitère néanmoins ses plus plates excuses pour cette catastrophe : « Nous nous sommes plantés. Soyons clairs sur ça ». Il ajoute que « si vous êtes honnêtes sur vos erreurs, c'est la meilleur défense pour ne pas recommencer ». Et pour être sûr de comprendre comment cette bourde a pu être commise, un audit externe a été demandé par Google. Elle en rendra les résultats publics dès qu'elle les recevra.

En attendant, le patron a mis en place une évaluation en interne de tous leurs codes et pratiques concernant la collecte de données privées. L'ingénieur qui a inclus le code tant controversé dans les Google Cars est également au milieu de cette enquête, puisqu'il a « clairement violé nos règles ».
Publiée le 04/06/2010 à 10:01

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;