Téléphones portables et cancer : toujours pas de lien clair

Cellule vs cellulaire 133
Le groupe d'étude Interphone du Centre International de Recherche sur le Cancer, une agence de l'Organisation Mondiale de la Santé, vient de publier dans l'International Journal of Epidemiology son étude sur les téléphones portables et le cancer.

Centre International de Recherche sur le Cancer

L'étude a pris 10 ans et a porté sur 13 000 personnes dans 13 pays. L'étude a été faite par questionnaires et est la plus importante réalisée à ce sujet. Ses conclusions sont donc d'autant plus importantes que le débat manquait justement de chiffres fiables.

Pour éviter les pressions de l'industrie, sur les 19,2 millions d'euros de budget 5,5 millions d'euros seulement proviennent de sources industrielles, dont « 3,5 millions d'€ ont été versés par le Mobile Manufacturers Forum (MMF) et la GSM Association, chacun contribuant pour moitié à ce montant, par l'intermédiaire d'un pare-feu assuré par l'UICC (Union internationale contre le Cancer) pour garantir l'indépendance des chercheurs ».

Les résultats de cette étude gigantesque ne vont cependant pas permettre de mettre fin aux polémiques puisqu'elle découvre que : « Un OR [ndla : Odds Ratio, donc la probabilité de développer un cancer] plus faible pour les gliomes et les méningiomes liés au fait de n'avoir jamais été un utilisateur régulier de téléphone portable peut refléter un biais de participation ou d'autres limitations méthodologiques. Aucun OR élevé pour les gliomes ou les méningiomes n’a été observé ≥10 ans après la première utilisation de téléphone portable. Un risque accru de gliomes, et dans une bien moindre mesure de méningiomes, a été suggéré dans le plus haut décile de temps d'appel cumulé, pour les sujets ayant déclaré une utilisation habituelle du téléphone du même côté de la tête que celui de leur tumeur et, pour les gliomes, des tumeurs dans le lobe temporal. Les biais et les erreurs limitent la force des conclusions que l'on peut tirer de ces analyses et empêchent d'établir une interprétation causale ».

En clair, les chiffres montrent bien un risque plus élevé de cancer chez les gros utilisateurs, mais le fait que l'étude se soit basée sur des questionnaires a pu pousser les personnes ayant effectivement développé un cancer à exagérer (même inconsciemment) leur utilisation des téléphones portables... Le fait que l'étude demandait de se souvenir de cette utilisation sur une longue période rajoute encore à l'imprécision des chiffres. Ils ne sont donc pas scientifiquement valides.

téléphone spam mobile portable

Pire encore, « La majorité des sujets n'étaient pas des utilisateurs intensifs de téléphones portables selon les normes actuelles. Le temps d'appel cumulé médian sur toute la durée de la vie était d'environ 100 heures, avec une médiane de 2h à 2h30 d'utilisation mensuelle rapportée. [...] Aujourd'hui, l'utilisation du téléphone portable est devenue beaucoup plus répandue et il n'est pas rare que les jeunes utilisent leurs téléphones portables une heure ou plus par jour. Cette utilisation croissante est toutefois tempérée par la diminution des émissions, en moyenne, des téléphones utilisant une technologie plus récente, et par l'utilisation croissante des textos et des opérations mains libres qui permettent de garder le téléphone éloigné de la tête. »

Donc,  aujourd'hui, les utilisateurs moyens de téléphonie mobile téléphonent 30 fois plus que ceux concernés par cette étude, et les technologies ont complètement changé. Cette étude était finalement obsolète avant même sa sortie, ses chiffres ne sont pas fiables et il a fallu 10 ans aux scientifiques d'Interphone pour arriver à ce résultat. Pourtant ce fiasco n'empêche pas les scientifiques de conclure que « l'évolution du mode d'utilisation des téléphones portables depuis la période étudiée par Interphone, notamment chez les jeunes, fait qu'il est souhaitable de poursuivre l'étude de l'utilisation du téléphone portable et du risque de cancer cérébral ». En espérant que cette fois ils définiront des protocoles plus stricts et anticiperont mieux les évolutions des modes de consommation et des technologies...
Publiée le 17/05/2010 à 17:14
Publicité