S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Google admet avoir collecté par erreur des données personnelles via Street View

Quand le sans fil s'enfile

Gros coup de frein et dérapage incontrôlé sur les Google Cars : le moteur vient de décider de stopper net son système de collecte des réseaux Wi-Fi (SSID et MAC) via ses véhicules chargés d’alimenter Street View. Voilà quelques semaines, Google expliquait pourtant que ses voitures collectaient les photos, les informations 3D des immeubles, mais également - c’était la nouveauté - les données d’identification des réseaux Wifi (adresse MAC et SSID).

google car montpellier

Problème : il aura fallu une demande d’information de la CNIL allemande, pour que Google admette avoir été par erreur nettement plus gourmand : Street View glanait également des données personnelles liées aux usages des internautes sur les hotspots publics. Selon le San Francisco Chronicle, 600 gigaoctets de données ont été collectés sur ces réseaux Wi-Fi dans plus de 30 pays ! Voilà qui n'arrangera pas la situation du moteur outre-Rhin...

Sur le blog officiel de Google, c’est Alan Eustace, un des vice-présidents seniors de Google, qui se colle à la douloureuse explication de texte : « il est aujourd’hui clair que nous avons malencontreusement collecté des portions de données (non protégées par mot de passe) depuis ces réseaux wifi, alors même que jamais nous n’avons utilisé ces informations pour les solutions Google ».

Google se veut rassurant : d’un, seuls des fragments de paquets auraient été collectés, les voitures étant en mouvement. Deux, tout a été depuis effacé. Trois, les voitures vont stopper la collecte de ces données. Et de quatre, un audit externe complet va être réalisé sur le code problématique, le moteur expliquant en effet cette collecte par une erreur : l’utilisation de lignes écrites par un ingénieur en 2006 dans le cadre d’un projet expérimental qui ratissait alors toutes les catégories de données publiques (à l’aide du logiciel open source Kismet).

Pour tenter de regagner la confiance perdue, le moteur annonce qu’il proposera la semaine prochaine une version chiffrée de ses pages Google… comme si cela pouvait gommer la bévue.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 17/05/2010 à 09:06

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;