Google chiffre les demandes de censure qui lui sont adressées

Sans surprises la censure assure c'est sûr 23
Le géant de la recherche a mis en ligne un petit outil utilisant Google Maps listant le nombre de demandes de retrait et d'informations qui sont adressées à Google et YouTube par les gouvernements.

censure google

On le remarque, la France n'envoie pas beaucoup de demandes de retrait, mais énormément de demandes d'informations. L'Allemagne et l'Italie font plus de demandes de retrait, mais moins de demandes d'informations.

Puisque les statistiques incluent les demandes émanant d'un juge, même si l'origine de l'action judiciaire est une entreprise privée, on peut supposer qu'en France les procédures judiciaires sont directement dirigées contre les personnes enfreignant la loi, conformément à la protection du statut d'hébergeur que la loi accorde à Google.

Ces chiffres ne sont pas encore totalement fiables. Ils ne concernent que le deuxième semestre 2009, et les retraits liés à la pédopornographie et aux autres crimes allant à l'encontre des conditions d'utilisation des services Google ne sont pas comptabilisés. De plus, si les demandes arrivent avec plusieurs personnes à identifier, elles sont comptées comme une seule requête.

Les chiffres pour la Chine sont classés secret-défense, et ne sont donc pas publiés par Google. Et si les chiffres du Brésil et de l'Inde sont aussi élevés, ils sont en fait liés au succès d'Orkut, le réseau social racheté par Google, dans ces pays.

Mais ces chiffres, principalement liés en Europe aux incitations à la haine et aux dénégations de l'holocauste, restent une source d'information intéressante sur les limitations à la liberté d'expression appliquées dans les pays du monde. Et Google promet de les améliorer. L'entreprise publie également toutes les demandes qui lui sont adressées sur le site ChillingEffects.org.
Publiée le 21/04/2010 à 12:15
Publicité