Les pays d’Europe enquêtent sur les "tags" Facebook

Bientôt peut-être plus de photos de soirées compromettantes 72
Les instances de régulation de l’Allemagne et de la Suisse ont ouvert une enquête sur Facebook. Le réseau social américain est (encore une fois) accusé de ne pas respecter la vie privée des citoyens européens.

facebook

Deux nouveaux reproches sont faits au site : le premier est la fonction permettant de taguer sur des photos et des vidéos des personnes non inscrites sur le site, et donc sans leur accord ; le second est la collecte de mails que fait Facebook, qu’il utilise ensuite pour contacter des personnes non inscrites.

En Suisse, le Préposé Fédéral à la protection des données et à la transparence Hanspeter Thuer a déclaré à AP que « avec la façon dont c’est pour l’instant organisé, [Facebook] autorise n’importe quel utilisateur à prétendre avoir l’autorisation de leurs amis ou relations ». Il a ajouté que les lois suisses sur la vie privée pourraient obliger l’entreprise à contacter chaque personne taguée pour leur demander leur autorisation.

Son collègue allemand Thilo Weichert explique que Facebook ne demande aucune autorisation pour publier ces informations personnelles, malgré les déclarations de l’entreprise californienne objectant du contraire. « Nous avons écrit à Facebook pour leur dire qu’ils enfreignent les lois européennes » a-t-il ajouté. Les institutions régulant la vie privée des autres pays européens auraient les mêmes opinions.

Ces enquêtes pourraient obliger les géants du web comme Facebook, Google et autres réseaux sociaux à changer leurs pratiques de recrutement de membres, et à limiter la capacité de leurs utilisateurs à taguer leurs propres photos et vidéos.

En France on va plus loin

La France est plus agressive et souhaite, avec la loi LOPPSI, punir d’un an d’emprisonnement « l'usage sur un réseau de communications électroniques, de l’identité d’un tiers ou de données de toute nature permettant de l’identifier, en vue de troubler la tranquillité de cette personne ou d’autrui ». Si un ami n’a pas aimé se faire taguer sur une photo peu flatteuse, il pourra donc porter plainte et vous envoyer en prison.

logo quadrature du netNous avons contacté Jérémie Zimmermann, un des fondateurs de la Quadrature du Net. Il considère que les actions de ces pays européens sont nuisibles à la liberté sur Internet. Il rappelle que la directive « commerce électronique » protège les hébergeurs de données tant qu’ils n’ont pas été avertis du caractère illicite des données qu’ils hébergent.

Il indique qu’il faut avant tout responsabiliser les utilisateurs, surtout les jeunes, au lieu d’essayer de criminaliser Internet. Et il ajoute qu’il faut expliquer « aux jeunes que poster une vidéo de quelqu’un sans sa permission ça peut être aussi dévastateur pour lui qu’écrire son numéro de téléphone sur des murs de toilettes publiques. Il faut leur apprendre à faire la distinction entre vie privée et vie publique ». Notons que le gouvernement a inclus cette suggestion dans une récente proposition de loi.

La Quadrature milite aussi pour que les sites Internet, réseaux sociaux et autres moteurs de recherche respectent la vie privée de leurs utilisateurs et évitent de dévoiler leurs informations à tout venant.
Par Jeff Publiée le 24/03/2010 à 18:15
Publicité