L'Iran bloque Gmail et développe son propre webmail

Petits, petits, petits ! 104
Google est à nouveau pris dans la tourmente d’un choc avec un pays tout entier. Après la Chine, c’est au tour de l’Iran de provoquer des vagues, l’État ayant décidé de stopper le service de courrier électronique Gmail de manière permanente.

gmail

Un porte-parole de Google a confirmé que les utilisateurs iraniens rencontraient de grandes difficultés pour se connecter à Gmail. La société va faire ce qu’elle peut pour restaurer l’accès, car elle estime que « tout le monde devrait avoir la possibilité de communiquer librement en ligne ». Un discours qui ne peut que lui apporter bonne presse, surtout face aux explications données par le gouvernement iranien.

Ce dernier, via un porte-parole, a expliqué que l’opération de blocage de Gmail n’avait pour autre but que de booster le développement local des technologies relatives à Internet. Est-ce tout ? Non : le même porte-parole a affirmé que cela allait permettre de restaurer la confiance existant entre le gouvernement et le peuple. Et la méthode est simple : l’Iran va développer son propre service de boites aux lettres électroniques.

La situation en Iran est très tendue depuis les élections de juin dernier. Le pays, qui vient de fêter le 31ème anniversaire de la République Islamique, a encore été le témoin d’affrontements entre les sympathisants et les opposants au régime. L’Iran ne cache pas sa recherche continuelle des opposants à travers un épluchage minutieux des publications en ligne sur Facebook, Twitter et autres. Un service national de boites aux lettres électroniques ne sera probablement qu’un prétexte de plus pour digérer des milliers de messages à la recherche de phrases suspectes.
Publiée le 11/02/2010 à 17:12 - Source : Wall Street Journal
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité