Qobuz : « nous n'avons aucun problème avec les majors »

RAS 59
Suite aux déboires de Jiwa avec Warner Music, nous avons interrogé Yves Riesel, le patron Qobuz. Ce site s’est rapidement fait connaître en proposant de la musique sans perte de la plupart des labels. Et depuis peu, Qobuz offre de la musique en streaming de haute qualité, via un abonnement.

Un business-model totalement différent


Qobuz formats MPA WMA LosslessJoint au téléphone en fin de matinée, Yves Riesel nous a confié que contrairement à certains de ses concurrents, ses rapports avec les maisons de disques étaient bons. Même au sujet des fameux minimums garantis, qui pèsent tant sur les épaules de Jiwa et de MusicMe notamment.

Et si Yves Riesel doit certainement ces bonnes relations à son statut de patron du label Abeille Musique (spécialisé en classique et en jazz), le concept de Qobuz plaide aussi en sa faveur.

 En effet, Qobuz est un peu l’anti-thèse de Jiwa : alors que ce dernier est gratuit, Qobuz propose depuis le départ une offre payante, et en haute qualité. Le site est de plus purement dédié à l’information sur la musique, et n’a aucune publicité, ni audio, ni visuelle. Un avantage important sur Deezer, Jiwa et tous ses concurrents.

Les internautes vont-ils accepter le modèle payant ?


Bien sûr, tout n’a pas été facile pour Qobuz nous a-t-on confié. Si le site est « connu » depuis peu, il existe pourtant depuis plusieurs années, et il a fallu deux longues années à Qobuz pour réussir à rallier un grand nombre de labels. Le réseau d’Yves Riesel n’a donc pas été suffisant pour grandir rapidement, et le côté unique du site (miser sur le payant et la haute qualité) n’a pas convaincu immédiatement.

Aujourd’hui, grâce à son modèle économique bien défini, Qobuz n’a donc pas les soucis des autres sites de streaming.

Yves Riesel nous a cependant avoué que l’affaire Jiwa n’était pas étonnante, et que le streaming gratuit devrait appartenir au passé d’ici peu de temps.

Le business-model du streaming gratuit est-il impossible pour autant ? Deezer et Spotify ont tenté de contourner le problème en incluant de la publicité audio durant la lecture des morceaux, provoquant l’ire de leurs utilisateurs. Le modèle payant, même s’il reste encore balbutiant pour le moment, semble donc être un futur inévitable pour ce secteur.
Publiée le 10/02/2010 à 15:26
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €