La France compte 255 000 abonnés au très haut débit

contre plus de 13 millions au Japon... 59
Le très haut débit et la fibre optique commenceraient-ils enfin à décoller en France ? Selon les derniers chiffres fournis par l’ARCEP, l’espoir est bien permis. En effet, en seulement trois mois, entre juin et septembre 2009, le déploiement des FAI français s’est accéléré.

Outre Numericable, qui utilise une technologie peu coûteuse et plus pratique (FTTLa), permettant à ses abonnés dans une cinquantaine de villes d’obtenir un débit allant de 30 à 100 Mbps, les concurrents ne sont pas en reste, même si le niveau d’abonnement reste faible.

Orange, Free et SFR sont ainsi présents dans un nombre de villes quasiment équivalent à Numericable, même si Paris et l’Île-de-France sont clairement avantagés du fait de leurs réseaux et de la concentration des habitants.

Selon l’ARCEP, « plus de 4,5 millions de foyers se situent » désormais « à proximité d’un réseau en fibre optique au 30 septembre 2009 ». Signe d’une nette évolution en 2009, « les déploiements de fibre optique par les opérateurs alternatifs dans les fourreaux de France Télécom représentaient de l’ordre de 700 km de câbles fibre optique fin septembre 2009, contre environ 300 km en décembre 2008, » soit une croissance de 133 % en neuf mois.

« Les zones concernées par les déploiements en cours représentent une vingtaine de communes en région parisienne et dans les grandes agglomérations, soit plus de 500 000 foyers raccordables à terme » précise l’ARCEP.

Tableau ARCEP tres haut debit FTTH 30 sept 2009 

Et comme le montre le tableau ci-dessus, le nombre de foyers éligibles en FTTH atteindra à coup sûr d’ici quelques trimestres le million.

Autre donnée intéressante, la France compte près d’une centaine d’immeubles équipés en FTTH et raccordés par au minimum deux opérateurs. Cela ne représente que 5000 foyers, mais c’est déjà un début… L’ARCEP promet cependant que ce nombre devrait croître très rapidement à l’avenir.

Au total, 255 000 foyers français sont abonnés à une offre à très haut débit, dont 195 000 chez Numericable (ou ses partenaires) et 60 000 chez Orange, Free, et SFR. Ces derniers n’ont cependant recruté que 5000 nouveaux abonnés en un trimestre, contre 23 000 pour Numericable. Le câblo-opérateur reste donc toujours la locomotive du très haut débit. En attendant que ses concurrents se réveillent et communiquent un peu plus sur leur offre en fibre optique…

Tableau ARCEP haut et tres haut debit France T3 2009 

Enfin, concernant le haut débit (ADSL et câble), la France compte 18,89 millions d’abonnés, et donc 19,145 millions en rajoutant les abonnés au très haut débit. 18,03 millions passent par l’ADSL (+415 000), et 860 000 (+3000) par d’autres technologies, la plupart via le câble de Numericable.

Du côté du dégroupage, tout se porte comme un charme. Le dégroupage total a ainsi passé la barre symbolique des 6 millions de lignes. Cumulées au dégroupage partiel, l’Hexagone atteint donc 7,325 millions de lignes dégroupées.

Et si France Télécom reste toujours « seul » dans bon nombre de répartiteurs, les FAI alternatifs occupent tout de même désormais 76 % de la population, soit 4465 répartiteurs raccordés par au moins un FAI autre que France Télécom/Orange.

En toute logique, les régions les plus peuplées sont particulièrement visées par les opérateurs alternatifs, même si la carte ci-dessous montre que certains départements, pourtant loin d’avoir une densité exceptionnelle, sortent du lot. Les Pyrénées-Atlantiques ou encore la Manche (le département, pas la mer…) sont ainsi quasi intégralement dégroupés.

ARCEP carte france degroupage 30 septembre 2009 


Publiée le 12/01/2010 à 15:11 - Source : L'ARCEP
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité