Thierry Lhermitte fera-t-il fortune grâce au piratage ?

Le Père Noel est quoi ? 91
Nous indiquions hier que Thierry Lhermitte avait pris fait et cause pour l’Hadopi. Et pas qu’un peu : l’acteur est administrateur de Trident Media Guard. En fait, l’une des deux sociétés qui ont répondu à l’appel d’offres des ayants droit pour organiser la surveillance des réseaux, étape inévitable pour lancer la riposte graduée.

piratage thierry lhermitte hadopi trident media guard 

Fait piquant, à la lecture des documents comptables de cette structure, on apprend que le 8 juin 2009, l’AGE ou Assemblée Générale Extraordinaire des associés de la société votait une augmentation du capital par voie d’apport en numéraire.

« 5 000 actions étaient émises au prix unitaire de 10 euros » indique le compte rendu (notre capture). Et c’est Thierry Lhermitte qui mettait la main au portefeuille en souscrivant la totalité de ces nouvelles actions : 50 000 euros versés en numéraire sur un compte de la société commerciale contre ces 5 000 actions.

piratage thierry lhermitte hadopi trident media guard

Lorsqu’on quitte ces petites opérations locales et qu’on prend un peu de hauteur, on remarque aussi que la transaction s’inscrivait dans un environnement des plus porteurs : quelques jours avant, voilà le Parlement qui adoptait le projet de loi « favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet » dit Hadopi 1. C’était au Sénat, le 13 mai 2009...

Par un jeu de vases communicants, l’heureux vainqueur de l’appel d’offres des ayants droit sera face à un business en or si l’on croit au sérieux des chiffres tambourinés par les majors. Comme dans l'immobilier, il n'y a décidément pas de petit profit, même avec Hadopi.
Publiée le 27/11/2009 à 08:30
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité