Direct2D dans Internet Explorer : et si Firefox s'y mettait aussi ?

Faites la course, les utilisateurs seront gagnants 63
ie7 ie8 logo internet explorerLa semaine dernière, Microsoft a parlé pour la première fois d’Internet Explorer 9, prochaine version majeure de son navigateur. Parmi les nouveautés annoncées, et outre un nouveau moteur JavaScript et un support des standards du Web, l’utilisation de Direct2D doit permettre d’effectuer le rendu des pages Web en exploitant la carte graphique. Bien que Microsoft soit logiquement le mieux placé pour utiliser cette technologie, Firefox pourrait également en profiter.

La plus grande facilité d’Internet Explorer est de n’être disponible que sous Windows. Microsoft peut donc à loisir exploiter des technologies précises si l’envie lui en prend sans craindre qu’elles ne s’y trouvent pas en changeant de plateforme.

Disponibles sur au moins deux systèmes d’exploitation différents, Firefox, Opera, Chrome et Safari ont eux ce problème. Les développeurs aiment ainsi se concentrer sur un tronc commun sans introduire un trop grand nombre de spécificités, même si la nécessité fait souvent loi.

Parmi les concurrents d’Internet Explorer, ce constat est encore plus vif du côté de Firefox. L’ensemble du code du navigateur doit être le plus commun possible aux versions Windows, Mac OS X et Linux. Cela n’a pas empêché toutefois l’ingénieur Bas Schouten de créer une version de test de Firefox bâtie sur la première alpha de la mouture 3.7. Autant dire que le code n’est pas stable, mais le fait est là : Direct2D peut être très bien exploité par Firefox pour que le rendu se serve de la carte graphique.

Sur son blog, Shouten explique donc son travail, qui a consisté à se servir de Direct2D, qui n’est présent que dans Windows 7, et dans Vista depuis peu (installation via des mises à jour).

firefox direct2D D2D

Lorsqu’on regarde cette capture ci-dessus, on ne remarque rien de particulier. Il faut en fait télécharger et essayer cette version de test pour se rendre compte par soi-même. Le support préliminaire de Direct2D, qui reste donc complètement expérimental, permet de manipuler tous les éléments graphiques avec une fluidité largement accrue, car le processeur passe le relais au GPU. La chose est particulièrement visible sur des services comme Google Maps et Bing Maps, lorsque l’on déplace des cartes. On pourra s’en rendre compte sous Windows 7 en comparant avec des manipulations faites sous Internet Explorer 8.

Il ne s’agit toutefois que d’une démonstration technique et Bas Shouten attend de savoir si ce travail intéresse Mozilla. L’utilisation de Direct2D dans Firefox pose davantage de problèmes que dans Internet Explorer, modifiable à volonté par Microsoft. Chez Mozilla, le rendu passe par Cairo et Shouten a ainsi intégré la prise en charge de Direct2D comme une « porte de sortie » pour Cairo. L’auteur précise que cette solution permettrait l’utilisation de l’API de Microsoft sur tous les produits se basant sur Cairo.

Si le travail est encourageant, il peut cependant mettre en valeur des problèmes de performances en fonction des sites. Les échanges entre le CPU et le GPU, ainsi que les besoins de lecture en mémoire vive grèvent légèrement les performances. Pour l’instant, le bénéfice se fait surtout en termes de ressenti de l’utilisateur, car la réactivité est bien présente. Mais le code et l’implémentation devront être travaillés, même si les cartes graphiques DirectX 10 et ultérieurs permettent d’éviter les principaux soucis de performances.

Ceux qui souhaitent essayer la version de test pourront la trouver depuis le blog de Bas Shouten. Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une alpha modifiée et qu’elle est très instable. Si vous êtes sous Windows 7 ou Vista, le plus simple est de créer un compte utilisateur de test pour lancer le navigateur. Ainsi, il n’y aura pas de soucis avec des thèmes ou des extensions qui pourraient interférer.
Publiée le 25/11/2009 à 10:31 - Source : Bas Shouten
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité