S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

.Paris : la capitale veut son extension de domaine

On veut un .pcinpact

Bientôt un .Paris ? La Ville de Paris va choisir dans quelques jours le couple franco-suisse AFNIC/CORE pour l’accompagner dans la constitution de son dossier de candidature pour le .paris, auprès de l’ICANN. Ce sont ces mêmes partenaires qui devraient s’assurer par la suite la gestion technique de cette extension, si elle est retenue par l’organisme américain.

gates microsoft bertrand delanoe paris

L’objectif est multiple : renforcer l’image de Paris, valoriser les investissements et les acteurs économiques locaux et enfin renforcer les droits de la Ville sur son nom. Si l’extension est adoptée, la ville pourra commercialiser ou distribuer l’extension .Paris à n’importe quel organisme ou société privée (Velib.Paris par exemple). 

C’est en 2008 que ce projet avait été annoncé par Jean Louis Missika, adjoint au maire chargé de l’innovation (et ex-vice-président d‘Iliad).

Contacté, Loïc Damilaville, porte-parole et adjoint au directeur général de l’AFNIC, nous explique qu’une cinquantaine de critères conditionne le feu vert de l’ICANN, gendarme américain des extensions de domaine à l’échelle de la planète. Des critères sur la solidité financière, mais aussi sur des aspects nettement plus techniques. « Le gros pavé ce sont les critères techniques puisque l’ICANN a pour principal focus de vérifier si le candidat pourra bien gérer l’extension dans tous ses aspects : DNS, chaîne d’enregistrement, respect des standards techniques et des instructions. » Une partie donc essentielle.

Des tests vont être réalisés pour que l’extension puisse être installée dans la racine. Cette installation marquera alors la date de naissance technique du .Paris. Le calendrier officiel est temporaire : le prochain jalon est fixé fin novembre ou en décembre avec la publication du cahier des charges définitif. En mars ou avril, il y aura l’envoi des dossiers. « Après cela risque de glisser » table Loïc Damilaville, même si le .Paris ne devrait pas soulever de contestations contrairement à des extensions comme le .Eco, le .Sport où le lobbying risque d’être intense. Alors le .Paris, c’est pour quand ? « Dans un calendrier optimiste, on peut tabler sur début 2011 » estime le porte-parole de l’Afnic, « une date sans engagement ».
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 29/09/2009 à 11:32

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;