S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Apple, Google et AT&T : la neutralité des réseaux en question

Si pas neutre, c'est pas des réseaux et inversemment

Nouvel épisode dans la série Apple-Google-At&T. Rappelons que la firme de Cuppertino avait rejeté Google Voice Mobile, qui permet de passer des appels en VoIP. La première piste fut que l’application duplique les fonctions et services de l'iPhone, entraînant son rejet, conformément aux conditions en vigueur sur l’AppStore. Mais la FCC, Federal Communications Commission, s’est emparée du dossier pour demander des comptes plus exacts à Apple dans son processus décisionnel.

neutralité réseaux

Cette intervention du gendarme de télécommunications américaines a eu le mérite de commencer à détricoter un système bien clos entre différèrent acteurs, avec en fond de tâche, la fâcheuse, mais sensible question de la neutralité des réseaux.

Google Voice n'est pas rejeté mais étudié par Apple

Apple vient de répondre qu’elle n’avait pas rejeté Google Voice, une surprise, mais qu’elle étudiait toujours ce programme, une affirmation suivie d’explications peu convaincantes puisque la firme indique aussi que Google Voice interfère avec « l’expérience utilisateur ».

Apple le jure cependant : « nous agissons seuls, et nous n’avons pas consulté AT&T (nda : opérateur américain) pour savoir s’il fallait ou non approuver Google Voice. Aucune condition contractuelle ou entente n’a été un facteur décisionnel dans cette affaire. » Toutefois, si Google Voice n’est pas nommément désigné dans ces contrats, Apple reconnaît ce que tout le monde sait : le contrat avec AT&T contient bien une clause interdisant à Apple d’inclure de fonctionnalité VoIP sans l’accord de l’opérateur...

La firme à la Pomme indique de plus que le processus de validation des applications sous l’Appstore occupe 40 personnes à plein temps et sans doute même le dimanche : 8500 applications sont reçues chaque semaine et 95% d’entre elles sont validées dans les 14 jours...

Google Android questionné sur Skype

Chez Google, qui pourrait être tenté de surfer sur la victimisation, la société a été poussée par la presse à répondre à une question simple : pourquoi il n’y avait pas d’application type Skype sur Android : officiellement, Android ne supporterait pas les pleines fonctionnalités VoIP du fait de « limitations technologiques », explique Google. D’ailleurs poursuit la société, à ce jour, « aucun éditeur logiciel, y compris Skype, n’a implémenté une application VoIP complète pour Android »

AT&T pourrait revoir sa position sur la VoIP

Sur ces dispositions contractuelles avec Apple, Jim Cicconi, un des chefs du département juridique chez AT&T laisse entrevoir des jours meilleurs : « nous envisageons de porter un regard neuf pour autoriser éventuellement les capacités VoIP sur l'iPhone pour une utilisation sur le réseau 3G d’AT&T. »

Skype devine un avenir meilleur sur la 3G

Du côté de Skype, cette fois, on se frotte les mains notamment au regard de la réponse d’AT&T. « Si les conditions changent, les utilisateurs vont bientôt pouvoir passer des appels Skype vers d’autres abonnés, des lignes fixes ou mobiles, via l’iPhone et un réseau 3G ». L’éditeur en profite ainsi à réclamer de « tous les autres opérateurs au monde, dont les contrats bloquent ou décourage l'usage de Skype, la réévaluation de leur politique. »

La neutralité des réseaux, un pilier menacé

Sur le thème de la neutralité du net, on pourra lire avec attention l’interview de Benjamin Bayard, sur Ecrans.fr (voir également la première partie, très instructive). L’intéressé, président de French Data Network, s’interroge spécialement sur ces contrats 3G présentés comme « illimités » mais qui comportent des listes d’interdiction d'usage, dont la VoIP : « Si on me vend de l’accès Internet illimité et que je l’utilise pour de l’accès à la téléphonie, c’est mon problème. Maintenant si le marchand d’accès à Internet m’interdit d’utiliser la téléphonie d’un autre opérateur, c’est une entrave à la concurrence. (...) Je n’ai pas le droit d’utiliser Skype : c’est du filtrage. Quand vous regardez ce que [les opérateurs] offrent en illimité, il y a en fait une liste exhaustive de services autorisés. Ce n’est pas du réseau, ce n’est pas neutre ».
Publiée le 24/08/2009 à 10:16

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;