Chrome : Google choisit de s'orienter vers GTK pour les thèmes

Pour commencer... 78
Depuis que Chrome est sorti, il a marqué le domaine des navigateurs par des performances se démarquant de ses concurrents. Le navigateur de Google est d’abord sorti pour Windows, et il est d’ailleurs actuellement en train de se diriger vers une troisième mouture et un système très attendu d’extensions. Des versions pour Mac OS X et Linux sont également en pleins travaux, mais sur les terres du manchot, il a fallu faire certains choix.

L’interface de Chrome est cohérente sur l’ensemble des systèmes d’exploitation. En fait, on le reconnaît immédiatement à sa barre d’onglets très particulière, d’abord découverte sous Windows :

google chromechrome

Sous Mac OS X et Linux, impossible de se tromper :

chrome

Le problème, sous Linux, est qu’il existe de nombreux kits d’outils et environnements de bureau. Il y a tout particulièrement une opposition entre GNOME et KDE, et respectivement les kits sous-jacents GTK+ et Qt. Or, justement, les dernières versions compilées de Chromium pour Linux comprennent une option qui commence à changer la donne, car le navigateur ressemble pour l’instant à sa version Windows.

Google a manifestement choisi de commencer avec GNOME puisque l’utilisateur a maintenant la possibilité de reprendre automatiquement les couleurs et les icônes par défaut du thème sélectionné dans GNOME. Une autre option existe pour accentuer l’intégration du navigateur : on peut choisir entre le décorateur de fenêtre de GNOME ou celui de Chrome.

Du coup, Ars Technica s’est amusé à faire quelques essais sous GNOME, notamment avec Clearlooks, l’un des thèmes les plus courants de cet environnement. À gauche, la version normale de Chrome avec les couleurs et les icônes du thème de GNOME, et à droite en récupérant également les fenêtres du thème :

chrome gnomechrome gnome

Voici d’autres essais :

chrome gnomechrome gnome

Si certains apprécieront les efforts entrepris par Google pour spécialiser davantage l’apparence de son produit en fonction des systèmes d’exploitation, les utilisateurs de KDE risquent d’être quelque peu frustrés si une initiative de cet ordre n’est pas faite pour leur environnement.
Publiée le 08/07/2009 à 17:09 - Source : Ars Technica
Publicité