SFR compte doubler sa vitesse en 3G+, de 7,2 à 14,4 Mbps

Il SFR quand il veut 44
SFR vient d'annoncer qu'il comptait fortement évoluer son réseau mobile en s'affranchissant du réseau fixe de France Télécom. En effet, il faut savoir que les antennes de téléphonie mobile sont généralement reliées entre elles grâce au réseau de cuivre de la téléphonie fixe de France Télécom (l'ADSL utilise un tel réseau par exemple).

Quand la fibre optique est au service du haut débit mobile

clef 3G SFR orange Bouygues mobilitéOr comme vous le savez, les FAI (Free, SFR, etc.) commencent à développer leur propre réseau de fibre optique. Cela signifie donc que les opérateurs tiers n'auront plus à louer le réseau de France Télécom, puisqu'ils pourront utiliser leur propre réseau. Ils seront ainsi totalement autonomes dans certains secteurs.

Et l'opérateur au carré rouge compte bien exploiter son architecture fibre/HSDPA, notamment grâce au GPON fourni par Alcatel-Lucent. Conséquence directe, SFR annonce que son réseau 3G+ passera de 7,2 Mbps à 14,4 Mbps. Une nouvelle qui devrait ravir les utilisateurs de clés USB 3G ou de smartphones gérant un tel débit. De surcroît, SFR précise qu'il disposera donc d'un réseau prêt à recevoir la future licence 4G, bien plus rapide.

Une future perte importante pour France Télécom

Mais pour SFR, cela permettra aussi (et surtout) de « s'affranchir économiquement de l'opérateur historique en remplaçant les liaisons jusqu'alors louées, limitées en capacité, par son propre réseau en fibre optique ».

Le concurrent d'Orange et Bouygues Telecom note par ailleurs que si cette architecture est déjà présente dans le 15e arrondissement de Paris, elle devrait être déployée dès l'année prochaine sur 350 sites dans l'Hexagone. Des sites fibrés par SFR, mais pas forcément tous verticalement. Plus précisément, 66 % des sites parisiens, et 50 % des sites marseillais et lyonnais seront concernés dès l'année prochaine. De quoi désengorger les grandes villes.

SFR note qu'il s'agit là d'une première mondiale. Et selon Pierre-Alain Allemand, le directeur général réseau de SFR, le groupe est « le premier client, et de loin, de France Télécom ». Subissant déjà une perte continue de son nombre d'abonnés fixes du fait des offres tout-en-un des FAI, France Télécom doit donc s'attendre à perdre lors des prochaines années de nombreux clients professionnels.

« Le but est que partout où nous pouvons supprimer le lien avec l'opérateur historique, diminuer notre structure de coûts et construire en propre notre raccordement mobile, nous le faisons » a commenté à l'AFP Pierre-Alain Allemand.
Par Nil Sanyas Publiée le 01/07/2009 à 14:43
Publicité